Littérature

Gaëlle Nohant jette l’Ancre des rêves…

Depuis quelques mois déjà, on le voit sur tous les blogs (ou presque).
Son titre invite à la rêverie, sa couverture nous y plonge d’emblée…
Après avoir lu tant de coups de coeur à son sujet, je n’ai pas résisté à la proposition de Bladelor: je voulais devenir une escale pour ce livre voyageur. C’est chose faite! Un grand merci, Bladelor!

L’Ancre des rêves
Gaëlle Nohant
Robert Laffont, 2007

Synopsis

Benoît, Lunaire, Guinoux et Samson redoutent l’arrivée de la nuit… Depuis leur plus jeune âge, une fois le rideau noir tombé, ils sont en proie à de douloureux cauchemars contre lesquels ils ne peuvent pas lutter: des âmes damnées, des marins perdus en mer, des femmes abandonnées trop tôt, des orphelins de la mer… Invariablement, le cauchemar se répète. Invariablement, les frères se réveillent, agités et épuisés, impuissants. Le jour de ses quatorze ans, Lunaire, le cadet, réalise qu’il est « condamné » à vivre avec son rêve. C’est pourquoi, il décide de mener l’enquête afin de le « comprendre »…

Mon avis

Difficile de mettre des mots sur ce roman.
Incontestablement, c’est une réussite. Dès les premières pages, l’auteur parvient à instaurer une atmosphère à la fois réaliste et étrange, lumineuse et obscure, en somme le propre du fantastique: on « visualise » parfaitement les côtes bretonnes et leurs villages, on entre dans la famille Guérindel avec simplicité comme si on était un membre de la famille… et on a presque l’impression de vivre les cauchemars des enfants! Gaëlle Nohant les dépeint avec un style poétique et noir, si bien qu’ils inspirent la crainte et surtout l’effroi… C’est beau et horrible à la fois. Et qu’on le veuille ou non, on est « pris » dans  les filets de cette atmosphère, typique des légendes bretonnes et fidèle au monde des marins.
Il en va de même pour les personnages de ce roman. Ceux du jour sont tous attachants: les quatre frères, adultes en devenir, qui essaient de se faire une place dans la famille, qui partagent leur vie « entre la peur et la lumière, la solitude choisie et celle qui fait hurler à l’intérieur » (p.23); la mère, impuissante, qui tente tant bien que mal de verrouiller la porte de ses souffrances; le père, ignorant des drames joués et qui se jouent; Ardélia, belle figure du Mystère… et tous les autres. Quant aux personnages de la nuit, ils sont tour à tour effroyables ou pitoyables, cruels ou désespérés… Ames en peines en quête du repos éternel. Tous, principaux ou secondaires, ont une présence forte (et c’est rare!).
Enfin, ce roman séduit par l’originalité de son sujet: la « vie inconsciente », les rêves. Le récit se construit en effet sur deux axes: les cauchemars des enfants et l’enquête de Lunaire. Au fil des jours et des nuits, on comprend que les cauchemars des enfants ne sont pas le fruit de leur imagination, mais sont simplement le poids du passé. Un passé refoulé, un passé douloureux, un passé transmis. Ce doit être aussi pour cela que ce roman plaît et capte son lecteur: il « parle » à chacun de nous. A notre naissance, on reçoit tous un « legs » familial, un lot de souffrances qui dicte notre inconscient et qui se révèle dans certains de nos choix, dans nos craintes, etc, ce qui explique aussi que certaines histoires se répètent… (Je m’égare, je m’égare.) Trois bonnes raisons de lire L’Ancre des rêves:

– Un roman singulier, à la fois étrange et tellement réaliste, qui pousse avec poésie la porte des cauchemars.
– Une belle illustration de ce que l’on appelle la psychogénéalogie (et qui se vérifie souvent!) et de l’adolescence.
– Des personnages (terriblement) attachants (ou juste terribles!) qui tentent de démêler les fils d’un imbroglio familial douloureux.
Et un bonus: Gaëlle Nohant a été lauréate de l’édition 2007 de la Résidence du premier roman, consacrée à la littérature fantastique.


Prochaine escale du livre: GeishaNellie
.
D’autres avis sur le livre: le « presque coup de coeur » de Bladelor; le coup de coeur de La Liseuse; celui de Choupynette; la lecture magique de Yueyin; la lecture hypnotique quasiment de Majanissa; et tous les autres avis répertoriés
chez B’O’B.
Vers le Café Littéraire de Gaëlle Nohant…
Vers le site de Letizia Goffi, la talentueuse illustratrice du roman.

Extraits
« Ecoute, mon garçons, nous créons nos rêves. Mêmes les plus terribles, les plus épouvantables. Je veux dire… nous ne faisons pas exprès de les créer si terrifiants, cela se fait à notre insu… mais ils sont nous, ils nous parlent de nos désirs et de nos peurs. Tu comprends? »
(Ardélia à Lunaire, p.113)

 » Cet entêtement parental à les vouloir responsables les uns des autres , comme s’ils n’étaient pas réunis par le hasard de la procréation, comme si les plus petits étaient des cadeaux offerts aux aînés, mécaniques ultrasensibles requérant une vigilance de chaque instant, dépourvues de pièces de rechange, qu’il ne fallait laisser personne abîmer ou voler sous peine de passer sa vie entière à expier. Ce n’était pas suffisant de devoir se débrouiller de soi, ils devaient se penser en famille, être solidaires. »
(Pensées de Benoît, p.259)
Publicités

20 réflexions au sujet de « Gaëlle Nohant jette l’Ancre des rêves… »

  1. Je ne l’avais pas encore noté mais les trois raisons que tu donnes sont largement suffisantes pour me convaincre que ce livre me plaira!

  2. Il est dans ma pal… Mon seul problème est qu’en ce moment il y a une vingtaine de livres que j’aimerais lire simultanément… 🙂

  3. Je ne vais pas en faire l’annonce officielle sur mon blog car je suis trop fainéante pour ça, mais il y aura un petit cadeau surprise pour toi et Choco qui avez trouvé les bonnes réponses au Tag
    des 7 vérités…
    Pourrais-tu m’envoyer, si ça ne t’ennuie pas, ton adresse postale (en passant par mon mail lecturespelemele@gmail.com) ?

    Bonne journée !

    Marie

  4. c’est vrai qu’il est difficile de mettre des mots sur un livre qui nous a bouleversé et pour tout dire, je trouve que les tiens sont justes et lui rendent un bel hommage. Ton intro est bien dans
    les tons, j’ai beaucoup aimé ^^

  5. Kikou, juste un petit mot pour te dire que j’ai bien reçu le livre avant-hier et je me mets à sa lecture dès que possible. J’ai bien hâte de voir si je vais autant l’aimer que vous 🙂

  6. je suis conquise!! je l’avais déjà dans ma LAL mais là il faut qu’il passe le cap de la PAL!! merci pour ce beau billet qui me rappelle cette lecture urgente

Les commentaires sont fermés.