Littérature jeunesse

Mon nom est Personne…

Ulysse face au Cyclope ? Terence Hill face à la Horde sauvage?
Plus sûrement l’Indien de
Dead Man, « My name is Nobody », en référence à l’oeuvre du grand William Blake…
Vous vous demandez où je veux en venir, lisez la suite, vous comprendrez rapidement!
Mais avant toute chose, un peu de musique pour accompagner ce billet. (Ré)écoutez la bande son des
Noces funèbres de Tim Burton… Suivez le lien (et cliquez ensuite sur play).

nobody owens 01L’Etrange Vie de Nobody Owens

Neil Gaiman

Albin Michel, Coll. Wiz, 2009
Trad. de l’anglais (américain) par Valérie Le Plouhinec
Titre original: The Graveyard Book
Illustrations: Dave Mc Keane

Coup de cœur!

L’histoire, en quelques mots

Par une douce nuit d’octobre, dans une petite maison de la vieille ville, le Jack, un professionnel, flaire la piste de sa dernière cible. Il ne lui reste « plus que » le bébé à éliminer et son contrat est rempli. La ténébreuse ombre monte les escaliers jusqu’à la chambre de l’enfant… Mais si l’odeur est bien présente, l’enfant a disparu… Ce dernier, malin et agile, ni vu ni connu, s’est enfui. La porte était ouverte… C’est ainsi qu’il pénètre dans le  cimetière de la colline et qu’il est recueilli par un couple de fantômes, Mr et Mrs Owens, et par un « citoyen libre du cimetière », Silas. C’est ainsi que va grandir l’enfant, Nobody, dans un monde étrange, entre vie et mort… Gare! Le meurtrier court toujours…

Mon avis
L’Etrange Vie de Nobody Owens fait partie de ces livres qui enchantent, littéralement.
C’est en regardant son fils faire du tricycle entre les pierres tombales d’un cimetière que l’auteur a eu l’idée de ce roman. Vingt après, il la concrètise et c’est une réussite! En effet, l’auteur a su créer un univers, à la fois étrange, fascinant, poétique et plein d’amour. Alors que l’on associe souvent la mort à la noirceur, aux souffrances, à la tristesse, l’auteur la rend belle et « vivante ». Drôle, aussi. A travers le regard de l’enfant, les habitants du cimetière nous sont présentés: pas de lamentations sur ces gamins qui n’ont jamais atteint leurs dix ans, mais plutôt de franches rigolades et des jeux d’enfants! Ainsi va la mort… Autant de tombes et de portes sur d’autres mondes: du grillage qui séprare le monde des vivants et celui des morts, on descend au coeur de la colline et de son tumulus, on ouvre également la porte des Goules, ou encore, on peut défricher les buissons et se perdre dans les terres non consacrées… Un cimetière peut en cacher un autre! Pas de descriptions interminables, juste l’essentiel de sorte que nous parvenons à créer un univers très graphique, aidés par quelques illustrations qui jalonnent les chapitres. En cela, l’univers de Gaiman se rapproche de ceux imaginés par Tim Burton: des univers sombres et fantastiques, « pailletés » de poésie et d’amour, dans lesquels un jeune héros se cherche… Comment ne pas penser à Edward aux mains d’argent, Big Fish, L’Etrange Noël de Mr Jack, Les Noces funèbres ou encore Sleepy Hollow, pour faire court?
Par ailleurs, outre l’univers étrange et fascinant, les personnages enchantent également: on rencontre Nobody lorsqu’il n’est qu’un bébé, on le « voit » grandir… forcément, ça crée des liens! Il interroge et s’interroge, doute, crise, aime… Ainsi va la vie… De même, ses parents éveillent la sympathie: ils acceptent sans hésiter la mission qui leur est confiée, élèvent un bébé du mieux qu’ils peuvent, etc. Enfin, Silas qui n’est pas sans rappeler Lupin, le tuteur du fameux Harry (Potter!): figure masculine forte, celle qui inspire l’enfant. Quant aux personnages secondaires, ils exercent tous un certain charme: de la sorcière au caractère bien trempé à la « bizarre » Miss Lupescu…
Pour finir, ce roman se lit vite et bien. On prend un grand plaisir à suivre l’initiation de Nobody, son éveil à la vie, à l’amitié.

nobody owens 02
♥♥♥ Trois bonnes raisons de lire L’Etrange Vie de Nobody Owens:

– C’est un très beau roman d’apprentissage: l’école de la vie au coeur d’un cimetière. On ne veut plus quitter Bod! Un roman classé en Jeunesse mais qui peut se lire à tout âge!
– L’univers, étrange et poétique, magique et plein de bons sentiments (quelques mauvais aussi, rassurez-vous), enchantent. Si vous aimez les mondes burtoniens, vous aimerez celui-ci.
– On découvre, en action, les légendes et mythologies liées à la Mort: la sorcellerie, les Goules, les Chiens de dieu, et bien sûr, les  fantômes.


Extrait
CHAPITRE UN
Comment Nobody vint au cimetière

« IL Y AVAIT UNE MAIN dans les ténèbres, et cette main tenait un couteau.
Le manche du couteau était en os noir et lustré, et sa lame plus mince et effilée qu’un rasoir. Eût-elle tranché en vous, peut-être n’auriez-vous pas même perçu sa morsure, pas sur le moment.
Le couteau s’était acquitté de presque tout ce qui l’amenait là, et sa lame et son manche étaient humides.
La porte sur la rue était encore ouverte, à peine, là où s’étaient glissés dans la maison le couteau et l’homme qui le tenait, et par cette porte ouverte s’insinuaient en ondulant des volutes de brune nocturne.
Le Jack s’arrêta sur le seuil. De la main gauche il sortit un mouchoir blanc de son manteau noir, et il essuya le couteau, et le gant de sa main droite qui l’avait tenu; puis il rangea le
mouchoir. La partie de chasse touchait à sa fin. […] Un seul encore, et sa tâche serait accomplie. »
Publicités

19 réflexions au sujet de « Mon nom est Personne… »

  1. Ta critique me donne bien envie à moi aussi. J’ai terminé récemment Coraline, qui m’a immanquablement rappelée l’univers de Tim Burton. Un autre titre à ajouter sur ma liste alors…

  2. jai bcp aimé l’idée et la majeure partie du livre! mais il manque un je ne sais quoi…peut être suis-je trop vieille 😀
    j’en attendais plus

  3. Ce livre m’intéresse beaucoup. Je l’avais déjà croisé dans le rayon jeunesse mais sans être attiré plus que ça par la couverture. Maintenant que tu en as parlé, je vois que je suis passée à côté de
    quelque chose qui m’aurait fort plu. Mon souci maintenant c’est de devoir négocier dur avec mon portefeuilles !
    Des personnes parlent du titre « Coraline » dans les commentaires, je me demandais si tu savais de quoi ça parlait ?

  4. Je l’ai acheté il y a plusieurs mois maintenant. Pendant les vacances de Noël, je vais essayer de lire beaucoup de romans jeunesse. Donc il devrait avoir sa chance 😉

  5. Félicitations pour cet avis qui donne très très envie de lire ce livre ! Il fait déjà parti des bouquins que je dois acheter dans un avenir plus ou moins proche, mais grâce à ta critique, j’espère
    pouvoir me le procurer au plus vite !

  6. Normal qu’il t’ait plu, c’est un très bon roman !
    Je te conseille Le livre des choses perdues, de John Connolly (auteur irlandais). La note de lecture est sur mon blog depuis mardi (15/12).
    Bonne fin de semaine !

  7. Tu sais donner l’envie de lire toi ! A priori c’est pas un livre qui m’aurait attiré mais tu en parles si bien que je me laisserai peut-être tenter. Ça me donne aussi des idées de cadeau!

  8. Il serait vraiment temps que je le lise. Il prends la poussière là.

Les commentaires sont fermés.