Littérature

Frank Conroy se donne corps et âme

Depuis plusieurs mois traînait un joli pavé sur ma PAL… A la Toussaint, je l’ai enfin embarqué dans mes valises. Voilà longtemps qu’un collègue et une amie m’en vantaient le plaisir!

corps_et_ame.jpgCorps et âme
Frank Conroy
Folio (Ed. Gallimard)

Résumé

New-York, dans les années quarante. Enfermé par une mère protectrice et bourrue, à l’abri des regards (et de la vie), Claude Rawlings observe les voitures, les passants, la rue… Pour rompre
cette monotonie quotidienne, il joue quelques gammes sur le vieux piano de sa mère. C’est ainsi qu’il se découvre une passion: la musique. Mais pour vivre cette dernière, Claude va devoir
affronter le monde…

Avis

Ce roman présente de nombreux intérêts. Il possède tout d’abord ce style fluide, simple que l’on retrouve chez John Dos Passos par exemple. Ce style qui porte le lecteur, un peu
comme un fleuve… C’est agréable.
Ensuite, Frank Conroy aborde des thèmes, peint des décors aussi bien personnels qu’historiques: à travers l’initiation de Claude, à travers ses rencontres, ses voyages, le lecteur découvre
le New-York de l’après-guerre, les idéaux et les conflits politiques, mais aussi la vie du « petit peuple », les discriminations et les misères, ou encore les mondanités…. L’Histoire se mêle
ici à l’universel et à l’intemporel.
C’est aussi un récit sur l’identité: comment un garçon qui n’a « rien » va se construire, apprendre à se connaître et à se faire une place…
Enfin, la couverture et le titre l’indiquent clairement: ce roman est uni à la musique, ils ne font qu’un. C’est un roman sur la musique, le piano plus exactement (Frank Conroy
a d’ailleurs été récompensé pour ses prestations de jazzman et pianiste!)
. Mais c’est aussi un roman musical, comme si lorsque Claude jouait, les mots se faisaient entendre. Au fil du
récit, on suit l’apprentissage de Claude, ses difficultés comme ses réussites. Le lecteur « apprend » en même temps que Claude à déchiffrer les partitions, à les jouer, à les apprécier, à
écouter…

Que des points positifs, que des intérêts… et pourtant, je ne suis pas parvenue à lire ce roman jusqu’au bout. Après presque 300 pages, j’ai définitivement abandonné ce roman. Je ne suis pas
une musicienne dans l’âme et le roman étant centré sur la musique, je n’y ai pas été assez sensible…
Si vous lisez ces lignes et que vous aimez la musique et/ou la pratiquez, foncez sur ce livre. Il vous envoûtra très certainement.

Publicités

17 réflexions au sujet de « Frank Conroy se donne corps et âme »

  1. Dommage, mais il est vrai qu’il est difficile de se laisser emporter par un thème qui n’est pas le nôtre. Aimant la plume de Dos Passos, j’essaierais peut-être à mon tour.
    Je profite de ce commentaire pour te souhaiter de belles fêtes de fin d’année.

  2. Ah, ton billet me donne très envie car j’adore les « romans musicaux », ceux où l’on vibre avec un musicien. Je le note donc ! 🙂

  3. Je ne pense pas que je le lirai… Je pense que je vais emporter la Religieuse de Diderot dans mes valises, pour le défi en janvier, je te confirmerai…

  4. Je suis moi aussi en train d’abandonner un pavé, considéré comme un chef d’oeuvre… on ne se sent pas en phase, c’est vrai, malgré les qualités qu’on reconnait à l’ouvrage, mais je crois que ça ne
    vaut pas la peine de s’échiner, c’est une rencontre qui ne se fait pas, c’est tout…

  5. Je le garde en note tout de même, mais à emprunter à la bibliothèque… Je n’ai jamais lu Pat Conroy, mais il m’évoque « Le temps où nous chantions » de Powers que j’ai beaucoup aimé.

  6. C’est dommage! Le début de ton billet me donnait envie de lire ce livre mais comme toi, je ne suis pas très musicienne. je pense que ce livre n’est pas pour moi non plus!

  7. C’est le bouquin dont parlait Philippe? C’est vrai qu’il a l’air sympa… Je le note pour quand j’aurai un peu élagué ma PAL!

  8. Le début de ton billet me tentait mais n’étant pas du tout musicienne, j’ai peur de rencontrer les mêmes difficultés que toi. Je crois que je vais attendre d’autres avis avant de me décider dans un
    sens ou l’autre.

  9. Il y a des romans qui touchent plus certianes catégories de lecteurs. Moi, j’avais lu Equal Music de Vikram Seth et je m’étais dit aussi que les musiciens devraient adorer.

Les commentaires sont fermés.