Cinéma

Nemours is back!


La Belle Personne

De Christophe Honoré*

France, 2008

Avec Louis Garrel**, Léa Seydoux, Grégoire Leprince-Ringuet

Synopsis

Suite à la mort de sa mère, Junie, seize ans, est accueillie par sa tante. Elle intègre donc le lycée et la classe de son cousin Matthias. Un visage d’ange, un corps de femme, distante et un brin hautaine, Junie attise la curiosité de tous et attire particulièrement les garçons. Le plus réservé d’entre eux, Otto, se déclare à la demoiselle et celle-ci en cédant à ses avances embrase littéralement son cœur. Mais à ce moment-là, Junie n’a pas encore croisé le regard de Nemours, son professeur d’italien, aussi séduisant qu’arrogant.


Mon Avis

En lisant le résumé, vous aurez sans doute reconnu le nom de Nemours et l’éternel canevas de l’amour à trois. La Belle Personne est en effet l’adaptation moderne (et libre) de La
Princesse de Clèves
de Madame de Lafayette.

La cour du XVIIe siècle se transforme en lycée parisien, les courtisans en lycéens bon chic bon genre. Junie, avatar de Mademoiselle de Chartes, semble totalement hors du temps, comme « inadaptée » à son époque. Sans cesse cachée, ou plutôt protégée, par ses longs cheveux noirs en bataille, elle baisse les yeux, marche vite. Mais les yeux noirs qu’elle laisse parfois errer, son visage angélique nous harponnent, immanquablement. De même, ses formes féminines dissimulées sous des pulls épais et des jeans font d’elle une ingénue (d’autant plus attirante).
Sa séduction est ailleurs. Sa beauté sculpturale, son langage et la distance qu’elle impose en font une déesse perdue parmi les mortels. Elle semble en effet nous échapper constamment, à Otto surtout. Ce dernier, version moderne du Prince de Clèves, incarne l’amoureux tout autant transi que malheureux, celui qui aime désespérément mais qui ne sera jamais aimé, celui qui accepte cet amour à sens unique mais qui est prêt à mourir s’il est rejeté. Enfin, Nemours est égal à lui-même : un insatiable bourreau des cœurs (profs, élèves, toutes y passent. Comment résister à un prof d’italien ?). Pourtant, au premier regard posé sur Junie, il est foudroyé. De bourreau des cœurs, il va devenir un « aimant » fidèle et lui aussi, désespéré.

En bref, La Belle Personne est un film sur les passions, aussi malheureuses que…malheureuses, parce qu’au bout du compte, tous sont malheureux ! Mêmes les intrigues secondaires (était-ce nécessaire d’ajouter au scénario un plaidoyer sur la tolérance et les amours homosexuelles chez les jeunes ?) sont entachées de malheurs… En outre, le film montre un Paris, triste, terne, morne… Les couleurs sont souvent grises, Paris l’hiver… Le bonheur est gelé. Le cadre d’une tragédie est posé. Le prénom de Junie n’est d’ailleurs pas un hasard, bien évidemment. Cette dernière porte en elle son funeste destin.

Enfin, si le film pâtit d’une certaine fadeur, d’une certaine monotonie, il faut mentionner la qualité du jeu des acteurs (de leurs regards, surtout). Grégoire Leprince-Ringuet parvient à faire d’Otto un personnage tout entier soumis à un amour qu’il ne contrôle pas, un personnage pathétique au sens le plus fort du terme. De même, Léa Seydoux incarne parfaitement cette femme-enfant, sculpture vivante, hors de son temps. Enfin, mention spéciale à Louis Garrel, acteur absolument génial, aussi ténébreux, aussi séduisant qu’arrogant et inaccessible. C’est le Nemours idéal.

En bref : ce n’est pas un film qui restera dans les annales mais un charme certain s’en dégage, assez obsédant, sans doute dû aux acteurs (qui, indéniablement, portent le film) et à la bande son.

Plus d’infos en consultant le site officiel, ici.

*Christophe Honoré est le réalisateur de, entre autres, Dans Paris (avec Louis Garrel et Romain Duris) et Les Chansons d’amour (avec encore Louis Garrel).

**Louis Garrel a joué dans, entre autres : Actrices, Dans Paris, Les Chansons d’amour, La Frontière de l’aube…

La bande-annonce du fim

Publicités

3 réflexions au sujet de « Nemours is back! »

  1. J’avais bien aimé ce film, je n’avais pas trop ressenti la fadeur dont tu parles. Après, je suis d’accord, c’est pas LE film qui marque à vie ! Mais c’est un agréable moment, une promenade un peu poétique dans un certain Paris
    J’avais beaucoup aimé Les Chansons d’amour…. et puis bon, un film avec Louis Garrel, c’est toujours prometteur d’un bon moment pour se rincer les yeux 🙂

  2. Je suis d’accord pour dire que La belle personne n’est pas le film de l’année ou un film marquant mais je le trouve quand même très agréable à regarder (le film et Louis Garrel aussi :)) Pour passer un moment sans se prendre la tête et même se déconnecter, ce film est très bien.

Les commentaires sont fermés.