Cinéma

Que traigan la salsa, que la traigan ya! es hora ya!

Quand j’étais ado, j’étais une fanatique de Dirty Dancing, au point que je connaissais les dialogues par coeur, les chansons aussi. Par contre, je n’ai
jamais eu la grâce de Jennifer Grey, encore moins le charme et la classe de Patrick Swayze (ah, son sourire en coin et son clin d’oeil, combien de fois suis-je tombée en pamoison?)… Eh, Baby,
come on!
Voilà quelques années que je n’ai pas regardé le film dEmile Ardolino mais je pense que j’y trouverais encore du plaisir, mêlé à la nostalgie sans doute… Ainsi, quand une collègue m’a parlé
d’un
Dirty Dancing à la française au son de la musique cubaine et aux pas de la salsa, je n’ai pas hésité une seconde et je lui ai emprunté son dvd.
Balaïndo salsa!

Pour lire cet article en musique, rendez-vous sur Deezer et écoutez l’album de la Sierra Maestra.



Salsa
De Joyce Buñuel
Avec Christianne Gout, Vincent Lecoeur
France, Espagne – 1999

Synopsis

Rémi Bonnet, bien propre sur lui, cheveux lissés, à l’étroit dans son costume, passe une audition au Conservatoire de Toulouse. Pianiste talentueux, il est attendu au tournant: le jury se montre
bienveillant, son maître semble plus que satisfait de son travail (la jubilation du pygmalion) et ses parents « transpirent » de fierté (mon fils, quel prodige!). Seulement, Rémi en a assez de
Chopin (blasphème!), des costards étriqués et du public élitiste, snob ou coincé! Rémi en a assez de retenir sa fougue, ses doigts le démangent. Alors, il change de rythme et pianote le accords
d’une musique endiablée.
Radié du Conservatoire, le jeune homme s’installe à Paris, retrouve un ancien ami et décide de donner des cours de Salsa pour vivre enfin de sa passion. Pour cela, il devient quelqu’un d’autre:
un cubain, à coups d’UV, d’autobronzant et de relooking. Rémi Bonnet devient Mango.
Et c’est ainsi que plusieurs destins vont se croiser, que les masques vont tomber et que Mango va aimer Nathalie…

Mon avis

Présenté comme le Dirty Dancing à la française, Salsa reprend en effet les motifsclés du film d’Ardolino: des héros sympathiques, un choc des cultures (bonne société vs danse de
dépravés), des préjugés ébranlés (le peuple peut être bon), un amour naissant entre le prof et l’élève (éternel fantasme, l’initiation, etc), des mensonges (qui ne mènent à rien de bon), etc…
sans oublier, évidemment, l’héroïne qui se révèle géniale danseuse en seulement 3 heures de cours! Tout est convenu, seul le changement d’identité du héros, sa transformation, donne au film un
peu d’originalité. Néanmoins, on se laisse prendre par l’histoire, simple et légère, et on passe un bon moment.
Le plaisir réside surtout dans la chaleur de ce film, moins due à sa légéreté (le personnage stéréotypé de Felipe est un antidote à la morosité!) qu’à la salsa (également portée par Felipe).
Cette danse, sensuelle, fluide, belle tout simplement, transporte le spectateur et fait rêver. A noter que Christianne Gout a reçu un prix pour la qualité de sa prestation: le « Dos Gardenias » du
festival de la Havane en 1999. Enfin, la musique qui accompagne la salsa mérite également une mention spéciale: le groupe Sierra Maestra, présent dans le film, dans son propre rôle, joue et
chante merveilleusement. Lui aussi donne à la fois sourire et chaleur, et par ces temps ensoleillés, on veut ànotre tour chanter et danser au rythme de Cuba!

En bref: Ce film a un air de déjà-vu mais la musique cubaine et la salsa chassent toute mauvaise pensée et nous collent un sourire au visage du début à la
fin, et même après… Ca mange pas de pain mais ça fait du bien!

Publicités

5 réflexions au sujet de « Que traigan la salsa, que la traigan ya! es hora ya! »

  1. Bonjour,

    Grande fan de Dirty Dancing également, au point d’avoir usé la VHS, on pouvait plus voir la scene de la fin…heureusement je l’ai trouver en DVD!!!ouf!
    J’ai également le film Salsa en dvd mais je suis pas aussi fan…je l’ai trouver très moyen perso…mis a part la musique et le personnage loufoque de Felipe…voilà mon petit avis..

    Blog super en passant que je viens de découvrir!

  2. Moi je l’étais mais par ta faute j’ai replongé!!! Oui parfaitement! lol
    Le fait d’avoir lu ton article ma donner envie de le revoir, j’ai donc ressortis mon dvd et je me suis fais DD le soir même et bingo…ça a pas loupé, j’ai regarder la scène final au moins 5fois! L’avantage du dvd c’est que pas besoin de rebobiner, juste un clic sur chapitre precedent et hop c’est repartit pour un tour en même tps cette facilité a fait que je l’ai regarder encore plus vu que « pas la flemme de rebobiner et d’attendre le bon moment pour remettre play »!

  3. Je n’ai pas vu ce film « Salsa » mais par contre, j’avais adoré (vu au moins deux ou trois fois) « Dirty dancing 2 » (ou Dirty Dancing: Havana Nights). L’histoire est simple mais fait rêver (rhaa ce
    Diego Luna). Par ailleurs, la musique et les scènes de danses sont sublimes et donnent vraiment envie de suivre des cours de salsa.

Les commentaires sont fermés.