Lectures documentaires, essais

Les Blancs n'ont rien compris!

Je lance une nouvelle catégorie: la lecture « documentaire », les essais.
C’est beaucoup moins divertissant qu’un bon roman d’aventures, moins palpitant… Mais c’est aussi intéressant, parfois rageant.
De temps en temps, je ponctue mes lectures d’essais ou de presse (sérieuse!). Je prends des notes, j’ajoute mes réflexions (ou j’essaie – tout simplement – de réfléchir). J’ai suivi l’exemple de
mon grand-père et de sa « Tête en vadrouille »… C’est comme cela qu’il a intitulé son carnet de lecture et ça me plaît beaucoup!

J’ai donc décidé de « publier » mes notes sur ce blog et si vous souhaitez les lire, il suffira de télécharger le document PDF en lien dans
l’article
.
Comme ce sont des « notes », les phrases sont parfois abrégées, les mots aussi. Il y a parfois des raccourcis, mais je crois que le sens est toujours compréhensible.



Pour inaugurer cette catégorie, je vous propose un
document sur les Aborigènes d’Australie
.
Souvent, quand on évoque les Aborigènes, on pense automatiquement à l’Australie. En réalité, un aborigène désigne l’habitant originaire du pays où il vit. Ce n’est pas spécifique à
l’Australie.
Souvent, on s’insurge contre les massacres des Indiens, des Noirs, etc… Souvent, on se révolte contre ce que nos Ancêtres ont commis… Souvent, on oublie les Aborigènes d’Australie.
On oublie, en effet, que jusque dans les années 1960, les Blancs pouvaient tuer un Aborigène en toute impunité! C’est que l’Aborigène n’était pas considéré comme un être humain à part entière! Ce
n’était rien qu’un animal…
On oublie, encore, que l’Apartheid existe toujours, ailleurs, sous d’autres appellations… Les Blancs d’un côté, les Noirs de l’autre. La richesse, la pauvreté. Et puis l’alcool, la misère,
l’exploitation… Le cercle vicieux.

En fait, pour les Blancs, les Aborigènes sont « des survivants de l’âge de pierre au cœur d’une terre oubliée par le temps ».

Si vous souhaitez en apprendre davantage, je vous propose de lire les quelques notes prises à la lecture
du Courrier International n°887 de Novembre 2007: « Aborigènes – Enquête sur un peuple sans destin ».

Publicités

7 réflexions au sujet de « Les Blancs n'ont rien compris! »

  1. Très bonne idée que cette nouvelle rubrique !
    Tes notes sont très instructives, tout cela est effarant. J’avais vu un reportage sur les aborigènes, on en parle peu mais la situation est très grave. Enfin c’est loin, c’est un peuple minoritaire dans un pays immense, puissant et « démocratique »…et nous on est bien impuissant en lisant tout cela, même si c’est révoltant.

  2. Le sentiment d’impuissance que je décris conduis plus à la révolte, à la rage et à l’indignation qu’à la résignation. Je suis d’accord avec toi, chacun peut essayer d’améliorer le monde en faisant avec ses propres moyens, en cela s’informer et être au courant, en parler autour de soi, c’est déjà quelque chose… Mais je pense aussi que certaines choses restent malheureusement aux mains de ceux qui ont des pouvoirs et qu’ils n’en font rien de bon.
    Bref,on est plutôt d’accord je crois 🙂 !

  3. Très intéressant tout ça, et ça confirme ce qu’on a pu constater nous-mêmes sur place. La situation est très similaire au Canada et « les peuples des Premières Nations » comme ils disent en politiquement correct. Mêmes enlèvements d’enfants pour les mettre dans des écoles cathos, même imposition brutale d’un mode de vie non adapté, mêmes problèmes d’un peuple qui s’auto-détruit sous le regard indifférent des gouverments provincial et fédéral, et c’est bien là le plus triste, même racisme de la part des non-autochtones (du style « ouais ils sont tous alcooliques, ils paient pas les taxes, c’est avec nos impôts qu’ils se bourrent la gueule, nous on bosse et eux foutent rien », etc.), même aveuglement face aux causes qui ont pu entrainer une telle situation. Cela peut donner des discussions assez enflamées…
    Concernant le prochain dossier de nous les femmes, c’est le bouquin d’Attac sur la prostitution ?

  4. Me concernant, j’ai du mal à être optimiste devant la nature humaine: il y aura toujours un clivage dominants/dominés entre différentes « races ». Sur la condition des Aborigènes en Australie, j’ai lu un polar pas mal: « Tueur d’Aborigènes », de Philip McLaren.

  5. Je suis d’accord, moi aussi j’essaie de rester optimiste, mais dès qu’on s’informe sur notre monde, on prend réellement conscience de son extrême dureté.

Les commentaires sont fermés.