Littérature jeunesse

La légèreté d'un rêve, la cruauté d'une réalité

Pendant un an et dans le cadre de mon travail, je vais travailler sur un beau projet avec des adolescents: le corps et l’écosystème. Autrement dit: la place de l’homme dans le monde, sa
relation avec la Nature et surtout la perception même du corps: le sien et celui de l’autre. Ce projet est vaste et ouvre une multitude de portes…
Pour mener à bien ce projet, je lis beaucoup d’ouvrages traitant du corps, essentiellement de la littérature pour la jeunesse et pour les plus grands. Et je vous en parlerai au fur et à mesure.
Place à ma première lecture « spécial corps ».



Kaïna-Marseille
De Catherine Zambon
2007
Ed. Actes Sud Junior, Coll. D’une seule voix

Synopsis

Mamata a douze ans, ou peut-être treize. Elle est belle, de plus en plus belle. Son père veut la marier, de force. Mais Kaïna veille. Kaïna est la grand-mère de Mamata. Elle
veut offrir à sa petite fille un autre destin, alors elle lui enseigne son art, celui de la parole et des onguents. Elle lui offre aussi ses maigres économies, suffisamment pour prendre l’autocar
et fuir, rejoindre son « cousin de France ». Et Mamata fuit…

Mon avis

J’ai beaucoup aimé l’histoire de Mamata, je l’ai lue d’une seule traite, d’une seule voix. Mamata raconte son périple qui l’a conduit de son village natal jusqu’à Marseille, traversant des terres
et des villes, traversant l’Inconnu. Ce voyage ne se fera pas bien sûr pas sans mauvaises rencontres, sans drames. Malgré cela, Mamata garde espoir, poursuit sa route sans jamais douter de son
destin, certaine d’être guidée par une bonne étoile, sa grand-mère…
Ainsi, avec pudeur et sensibilité, à travers son jeune personnage, l’auteur évoque l’immigration, la clandestinité, la misère, la prostitution et le
viol, la solitude enfin.
Autant de thèmes touchants, durs et malheureusement banals, quotidiens. Autant de thèmes dont il faut parler. On ne trouve pas toujours les mots, Catherine
Zambon
les a trouvés et les a écrits, d’une belle écriture qui devient miroir du personnage. Une écriture fluide, sensible, qui se morcelle, qui se romp quand la douleur est trop forte.

En bref: Kaïna-Marseille est un voyage, un petit récit d’apprentissage, une émancipation. Kaïna-Marseille ou la transformation d’une fille en femme, dans la
douleur et la sérénité.

NB: avec ce livre, je découvre la collection « D’une seule voix » qui propose de très courts récits,
plaisants à lire et fort intéressants, sur des sujets variés qui, tous, concernent l’univers des adolescents, d’ici ou d’ailleurs. Voici la présentation de l’éditeur Actes Sud, peut-être
éveillera-t-elle votre curiosité (comme elle a su éveiller la mienne): « Des textes d’un seul souffle. Les émotions secrètes trouvent leur respiration dans la parole. Des textes à murmurer à
l’oreille d’un ami, à hurler devant son miroir, à partager avec soi et le monde. »

Extrait – Premières pages

« Aujourd’hui est un jour premier.
Aujourd’hui est un jour où je prends parole.
Aujourd’hui j’ai entre mes mains ta paix, grand-mère. Kaïna. Ou ton exil.
Aujourd’hui est un jour où je vais naître une seconde fois.
« Si tu veux savoir où tu vas, il te suffit de regarder d’où tu viens. » Ce sont tes mots, ma grand-mère.
Il faut faire vite.
Moha? Moha? Il n’y a personne?

Aidez-moi, je vous en prie. Ne vous retournez pas. Ne me jetez pas de pierres. Ecoutez-moi.
Je ne sais pas comment on fait, Kaïna. »

Publicités

7 réflexions au sujet de « La légèreté d'un rêve, la cruauté d'une réalité »

  1. rien à voir avec ton article !
    juste pour te dire que ça me plairait bien une lecture commune, mais que je ne connais pas ta pal, seulement l’aperçu que tu as mis en ligne. je te laisse mon adresse email si tu veux me l’envoyer : asbord@live.fr (j’ai aussi msn)
    au plaisir !

  2. Waw ! Quel beau projet ! Il est à la fois porteur et intéressant pour les adolescents !
    Puis-je faire ma curieuse en te demandant quel est ton métier ? 🙂

  3. J’ai pensé que la quatrième de couverture concernait Le ramadan de la parole et non toute la collection. Je suis d’autant plus sous le charme, je vais voir à la bibli si je peux en trouver
    d’autres. Merci!

Les commentaires sont fermés.