Cinéma

Non ma fille, tu n'iras pas danser

Après avoir vu La Belle Personne, depuis que j’adore Louis Garrel, un futur Grand du Cinéma, j’avais très envie de voir le nouveau film de Christophe Honoré. J’avais lu quelques critiques favorables, voire élogieuses (Télérama, par exemple)…


Non ma fille, tu n’iras pas danser

De Christophe Honoré

Avec Chiara Mastroianni, Marina Foïs, Jean-Marc Barr, Louis Garrel, Julien Honoré…

France, 2009

Synopsis
Léna, la trentaine, largue les amarres: elle quitte son mari, Nigel, elle quitte son boulot, anésthésiste, et embarque ses deux enfants. Elle leur consacre tout le temps qu’elle n’a pas su leur donner jusque-là. Tous trois rejoignent la maison familiale, en pleine campagne. Lieu idéal pour un huis-clos familial… Malgré la bonne volonté des parents, les vérités, les mensonges vont éclater.

Mon avis
Ce film n’est pas à la hauteur de son histoire.
Tout d’abord, Léna est un personnage littéralement insupportable. Tout comme son boulot, elle semble anésthésiée: elle est enfermée dans sa bulle, elle est sourde aux autres et ne prend pas la peine de les écouter. Elle n’est même pas capable de voir que ses enfants vont mal, que sa propre soeur va mal et que son père meurt d’un cancer. Non, Léna est bien trop focalisée sur sa petite personne, insipide et creuse. Elle rejette sa famille, n’a plus d’amis, alors que tous tentent de l’aider, à leur façon. Si Léna est si renfermée, c’est qu’elle tourne en rond, ne supporte plus les contraintes et obligations (professionnelles ou familiales). Elle ne sait pas quelle direction donner à sa vie. Elle essaie de bien faire mais n’y arrive pas, sans doute à cause de son égoïsme et de son orgueil (elle rejette tout le monde). Elle finit par ouvrir les yeux lorsqu’elle frôle le drame… Même si toute sa vie n’est finalement qu’un drame. En bref, c’est un personnage agaçant, voire détestable (par moments). A tel point qu’elle n’inspire même pas de compassion. Cela dit, on doit lui reconnaître une qualité: malgré tous ses travers, toutes ses contradictions, Léna assume ce qu’elle est (mais pas ce qu’elle a).
Ensuite, l’histoire de Léna est singulière (même si elle semble illustrer pas mal de crises d’adolescence tardives), terrible, digne des tragédies antiques. Mais les choix de Christophe Honoré ne permettent pas de donner une dimension assez grande, assez forte à cette histoire. En plus, la légende de Katell Gollet vient « parasiter » celle de Léna et on ne comprend pas vraiment le lien… Sans doute, Katell est-elle une métaphore de Léna, une noceuse insouciante qui tue (malgré elle) les êtres chers et qui finira dans les bras du Diable… Il y avait pourtant matière à réaliser un film formidable, dense et fort en émotions.
Enfin, Louis Garrel. Quelle déception! Lui qui est si talentueux fait triste figure! Ce n’est pas son meilleur rôle (même si les vieilles chemises de laine à carreaux lui vont bien).

Quelques bons points tout de même: Marina Foïs se révèle de plus en plus. Dans son rôle de femme enceinte mais malheureuse, elle est vraiment touchante. De même, Jean-Marc Barr est méconnaissable, il se bonifie à tout point de vue avec l’âge. Quant à Julien Honoré, c’est une belle découverte!
Pour finir, Christophe Honoré filme bien: les images sont belles, très picturales (belles lumières, belles compositions). Certaines scènes sont tout de même réussies et la toute fin cloue sur place.

D’autres avis:
– Celui de Celsmoon. Elle semble avoir davantage aimé le film que moi… (Pas difficile, me direz-vous)

La bande-annonce:

Plus d’infos sur ce film

Publicités

5 réflexions au sujet de « Non ma fille, tu n'iras pas danser »

  1. Tu n’y vas pas avec le dos de la cuillère comme on dit 🙂 mais je suis d’accord sur plusieurs points avec toi …

  2. J’ai été assez déçue par ce film aussi. La presse et les médias ont vénéré Chiara pour son premier grand rôle… mais moi je l’ai trouvée bof aussi.Ce qui m’a gêné dans son personnage, c’est son
    manque de maturité, aucun retour sur soi… pas d’auto-analyse et c’est bien dommage !
    Et puis on ne voit pas beaucoup le beau Louis alors… snif snif !
    (Finalement, ce que j’ai préféré, c’est la légende bretonne !)

Les commentaires sont fermés.