Littérature

Maman, les p'tits camions sont-ils tous blancs?

Comme pour la rentrée littéraire de septembre, Ulike organise une nouvelle édition des Chroniques de la rentrée littéraire. Merci à Abeline et Sylvain, de la Uliketeam et aux éditions Buchet Chastel.
Pour en savoir plus sur l’opération d’Ulike, c’est par ici.
Pour en savoir plus sur Julie Resa, l’auteur du Camion blanc, c’est par là.

Le Camion blanc

Julie Resa

Ed. Buchet Chastel
Janvier 2010

notation_etoiles_4.jpg

Résumé

Une jeune femme vient de donner la vie, à une petite fille, et d’en perdre une, celle de sa mère. Complétement perdue, désorientée, elle retourne dans la maison familiale, aux côtés de son père, accompagnée de sa fille et de son mari. Pour autant, ce qui devrait être un repère pour elle ne l’est plus. Et c’est comme si elle se noyait… Aussi, lorsqu’un camion blanc ose défigurer « son » paysage, s’impose à sa vue, elle ne le supporte pas. Dès lors, elle n’a plus qu’une idée, une obsession même, déloger ce camion blanc…

Avis
Il est de ces livres dont on n’ose « parler » de peur de les abîmer, de les dénaturer… Et il m’est difficile d’écrire des mots sur ce court récit…
Le Camion blanc présente un monologue de la douleur: au fil des pages, on assiste, impuissant, à la lente noyade de la jeune femme, à sa fuite en avant, brides abattues. On comprend sa souffrance, cette obsession totalement illusoire qui ne fait que masquer ses pleurs, son deuil. Deuil, un mot quasiment absent du roman alors qu’il en est le sujet principal.
Finalement, Le Camion blanc en est la métaphore: le « travail du deuil », quelle expression! La jeune femme passe par toutes les « étapes »: le rejet, la colère, l’acceptation, etc. Dans la
peine, bien sûr. De la perte, du deuil, découlent d’autres thèmes, fondamentaux eux aussi: la maternité, la famille… Mises en péril par le deuil… Mais il faut garder la tête hors de l’eau! Et sans phare, ce n’est pas évident…
Enfin, tous ces thèmes nous sont rendus sensibles, émouvants, par la plume juste et simple de l’auteur.
Le seul bémol que je noterai concerne la fin, pessimiste, trop sombre, trop triste à mon goût…

♥♥♥ Trois bonnes raisons de lire Le Camion blanc :
– L’itinéraire douloureux d’une jeune femme qui a perdu tout repère;
– Un récit sensible sur la vie et la mort;
– Un récit miroir qui renvoie à soi, qui interroge, interpelle.

Pas d’extrait cette fois-ci, car les éditions Buchet Chastel vous propose de feuilleter les premières pages…

Publicités

Une réflexion au sujet de « Maman, les p'tits camions sont-ils tous blancs? »

Les commentaires sont fermés.