Poésie

Bohémiens en voyage

Il n’est pas encore trop tard pour le dimanche poétique…
On reste en Tziganie avec quelques vers de Charles Cros.

# 19 – Dimanche poétique

Tsigane

Dans la course effarée et sans but de ma vie
Dédaigneux des chemins déjà frayés, trop longs,
J’ai franchi d’âpres monts, d’insidieux vallons.
Ma trace avant longtemps n’y sera pas suivie.

Sur le haut des sommets que nul prudent n’envie,
Les fins clochers, les lacs, frais miroirs, les champs blonds
Me parlent des pays trop tôt quittés. Allons,
Vite ! vite ! en avant. L’inconnu m’y convie.

Devant moi, le brouillard recouvre les bois noirs.
La musique entendue en de limpides soirs
Résonne dans ma tête au rhythme de l’allure.

Le matin, je m’éveille aux grelots du départ,
En route ! Un vent nouveau baigne ma chevelure,
Et je vais, fier de n’être attendu nulle part.

Charles Cros, 1842-1888

Photographie du film "Liberté" de Tony Gatlif

Poursuivez votre voyage poétique en rendant visite à: Celsmoon. Edelwe, Mango, Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, Laurence … Ankya, Herisson08 ,Anjelica , Schneeweiss , George, Uhbnji, **Fleur**… Sur le blog de Celsmoon, vous trouverez la liste complète des « voyages poétiques »…

Publicités

11 réflexions au sujet de « Bohémiens en voyage »

  1. Très joli poème!
    (Je ne sais pas si tu reçois bien mes mails, je proposais de t’envoyer Liberté si tu le souhaites et j’avais une interrogation par rapport au défi classique.)

    1. Si, si! J’ai bien reçu tes mails. Je n’ai pas répondu plus tôt parce que… je n’avais pas encore pris le temps de lire les mails consacrés au défi des Classiques… Honte à moi!
      Si ton offre tient toujours, c’est avec plaisir que je l’accepte! Merci beaucoup!
      Merci pour le poème.

  2. Merci pour ce voyage poétique! Il faut que je parle vite des recueils que j’ai lus en vacances!

  3. Ce poème est bien beau !
    Je viens de te mettre en lien sur mon nouveau blog. Je m’adapte petit à petit. Je ne regrette pas du tout ! !
    Bonne soirée
    Claudia

  4. Rêvant qu’à naviguer je consacre ma vie,
    J’imagine un vaisseau rapide, étroit et long,
    Au coeur des eaux, bien loin des forêts, des vallons
    Et des pistes des bois dans d’autres temps suivies.

    Sur ce pauvre rafiot (et nul ne me l’envie)
    Je poursuis des lutins, des feux, des rêves blonds
    Et le pluvian des mers qui toujours dit : Allons !
    L’aventure océane aujourd’hui te convie.

    Mâts de bois patiné, voiles de tissu noir,
    La nef presque invisible aux approches du soir
    S’en va, jour après jour, d’une paisible allure.

    Plus que l’entrée au port, j’apprécie le départ :
    Négligeant de brosser ma grise chevelure,
    Je manoeuvre un bateau partant pour nulle part.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s