Littérature

Douglas Coupland débranche son jPod

Quand B’O’B a présenté jPod en partenariat, je n’ai pas hésité longtemps. Plonger dans le monde des geeks (ces fous d’Internet ou de l’informatique), voilà qui m’intéressait beaucoup…
Aussi, je remercie B’O’B et les éditions Au Diable Vauvert.

JPod

Douglas Coupland

Trad. de l’anglais (Canada): Christophe Grosdidier
2010, éd. Au Diable Vauvert

Quatrième de couverture
Ethan Jarlewski et ses cinq collègues travaillent dans une boîte de jeux vidéo à Vancouver et sont plus préoccupés par l’organisation de tournois de Tetris et la recherche d’informations inutiles sur Internet que par la dernière tâche absurde imposée par leur direction : insérer un personnage de tortue dans un jeu de skate-board.
Bienvenue dans le quotidien dysfonctionnel de ces six geeks (accros à l’informatique) : la mère d’Ethan cultive du cannabis qu’elle revend à des bikers tandis que son frère fricote avec un puissant trafiquant de clandestins chinois. Une bien belle famille psychotique comme l’auteur sait si bien les camper…
Entre tournages de séries Z, compétitions de danse de salon, tribulations en Chine et autres situations déjantées, le récit nous plonge dans un univers amoral et échevelé.
Douglas Coupland à son meilleur étourdit son lecteur de jeux de mots et de bizarreries visuelles pour décortiquer une vie et des personnages à la fois produits et créateurs de leur époque.

Avis
La quatrième de couverture précédée d’une exergue plutôt engageante (« Plongée fatale dans le monde des geeks ») m’avait séduite et j’étais bien emballée par ce partenariat., très curieuse de pénétrer l’univers des fanas d’informatique. Malheureusement, je dois bien avouer que j’ai ramé… beaucoup ramé, au point de ne pas achever cette lecture. J’ai même rapidement abandonné. L’histoire est en effet entrecoupée de nombreux passages saugrenus: des reproductions continue de spams internet, des groupes de mots sans queue ni tête, des « bizarreries visuelles » comme l’indique la 4ème de couverture… Mais si ces « bizarreries » me semblaient au départ intéressantes, voire originales, elles n’en ont pas moins gâché ma lecture, la rendant difficile, incompréhensible, voire absurde.
En définitif, je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages, ni même à m’intéresser à l’histoire qui se voulait pourtant prometteuse, proche des séries à la Weeds et à la Desperate (l’envers du joli monde des jolies banlieues), saupoudrée de « geekattitude ».
Bref, je suis passée complétement à côté de ce roman.

Mais j’aimerais lui donner une autre chance. Alors si vous le sentez, je le fais voyager avec plaisir.

Publicités

48 réflexions au sujet de « Douglas Coupland débranche son jPod »

    1. C’était justement dans la perspective d’un « élargissement » que je voulais le découvrir (et aussi parce que je passe pas mal de temps « sur » l’ordinateur et le web)… Mais ça n’a pas marché entre nous! 😉

  1. J’ai bien envie de découvrir cet auteur saugrenu… mais bon, peut-être pas avec ce titre-là. J’en ai quelques autres à la bib qui ont par ailleurs suscité plus d’enthousiasme.

  2. Oula ! Ton avis me refroidi un chouilla (pourtant le 4eme de couverture semblait bien, surtout quand on est un Geek :D).
    J’avoue que je me laisserai bien tenter par le voyage du livre, tenter de lui donner une seconde chance dans les mains d’un geek XD

    1. Génial! Avec plaisir!
      Donne-moi tes coordonnées postales par mail et je m’en occupe en fin de semaine.
      Si tu te sens l’âme d’un geek (ça devient épique!), tu seras peut-être plus sensible à l’humour, au décalage du roman… (enfin, j’espère!)

  3. Je crois que je vais passer aussi. J’ai toujours du mal avec ce qui vient parasiter la lecture… et pis je vois assez de spams dans la journée pour en rajouter 😉

  4. Je vois que Skelarh a été plus rapide que moi, parce qu’en lisant ton commentaire, je pensais justement à lui en première position dans mes amis geeks (eh oui, moi je ne le suis malheureusement qu’à demi), capable de donner un deuxième souffle de vie à ton bouquin. En tout cas, tu m’as donné des idées cadeaux pour une année. Va falloir que j’en commande un carton maintenant…

  5. Oui, au moins un carton de vingt tomes, hommes et femmes confondues…
    Et si Skelarh se dégonfle fait le moi savoir, j’irai le martyriser en ton nom avec grand plaisir !

  6. Moi aussi le thème des geeks m’intéressait et j’ai hésité à le choisir.
    Il semblerait que ma sélection fut meilleure (mais je ne sais plus ce que c’était ! :D)

    1. Tant mieux! Surtout que, via BOB, je viens de lire un avis plutôt élogieux de ce roman… Tu lui donneras certainement sa chance! Enfin, j’espère…

    1. J’ai lu plusieurs avis sur ce livre: des bons, des déçus, des mitigés… En fait, il y a de tout! Alors si ça se trouve, tu apprécierais… 😉

  7. Ce n’est pas tant l’univers des geeks qui m’intéresse que celui de Douglas Coupland, j’adore son humour, son cynisme, ses délires. Bien sûr, ces derniers ne peuvent plaire à tous aussi je comprends que tu aies abandonné rapidement.:)
    Bon courage pour ton déménagement!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s