Littérature jeunesse

Comment se débarrasser d'un vampire amoureux – mode d'emploi de Beth Fantaskey

Depuis quelques semaines, je réfléchis à un projet (dont l’embryon est déjà vieux de quelques années!) qui marierait les jeunes et la lecture. En guise de première pierre à ce projet, j’ai contacté Anne Blondat des éditions du Masque pour un partenariat un peu particulier. Elle a bien voulu me faire confiance et je l’en remercie infiniment.

Comment se débarrasser d’un vampire amoureux

Beth Fantaskey

Titre orig.: Jessica’s Guide to dating on the Dark Side
Trad. de l’anglais (Etats-Unis): Elsa Ganem
Ed. du Masque, Coll. MSK (2009)
412 pages

En quelques mots
En Pennsylvanie, dans le plat pays, Jessica se sent bien, choyée par ses parents d’adoption, bien qu’intransigeants dans leur mode de vie (écolos et végétariens). Comme les autres lycéennes, la jeune fille se pâme au passage des joueurs de foot et n’a d’autres préoccupations que l’équitation, les Ipod et le monde fermé de sa chambre rose… sans oublier les racontars entre meilleures copines (ou ennemies!).
Aussi, l’arrivée de Lucius  Vladescu, digne héritier en cape des temps obscurs de Roumanie, perturbe-t-elle son petit univers… Convaincu que Jessica n’est autre qu’Antanasia Dragomir, dernière princesse vampire, Lucius se montre plutôt accaparant, même entreprenant, envers la jeune fille. Sa mission: la faire sienne et la ramener en Roumanie afin de régner, en maître légitime, sur la caste des buveurs de sang… De quoi inquiéter Jess.

Mon avis
Au cours des premiers chapitres, Jessica et Lucius s’apprivoisent. La jeune fille, narratrice tout au long du roman, n’a de cesse de comparer son petit ami, Jake – un charmant garçon de ferme-, au ténébreux vampire. Aussi, ces comparaisons sont-elles lassantes et inintéressantes… On s’ennuie. En revanche, on prend plaisir à lire les lettres de Lucius à son oncle roumain (qui jalonnent fort heureusement ces chapitres): comme un clin d’oeil aux Lettres Persanes, elles offrent le regard d’un étranger sur la culture américaine, la jeunesse frivole… Le regard -presque- ingénu de l’Autre tend vers une satire en filigranes du mode de vie américain. Par ailleurs, les premiers chapitres dévoilent un personnage principal pénible et superficiel, peu attachant… Fort heureusement, au fil du roman, Jessica révèle plus de caractère qu’on ne le croit.
Passé les premiers chapitres, l’histoire démarre enfin: rejeté par Jessica, Lucius fait entrer une rivale. Dès lors, un trio amoureux s’installe sur fond de « familles ennemies », comme un -autre- clin d’œil, aux tragédies classiques cette fois. Pour autant, le trio est traité ici avec humour, tant le décalage entre la réalité et les fantasmes de la lycéenne est grand.
On peut observer aussi un décalage dans le sujet: les vampires. Dans le roman, Beth Fantaskey fait de son héros un héritier digne des Princes du sang à la Polidori ou à la Stocker, sans scrupules, presque sans âme, mais encore ténébreux, fascinant… et amoureux. Eternel amoureux, amoureux en souffrances. Le vampire tourmenté, proche des mortels, qui n’est pas sans rappeler un certain Edward, est là. A l’instar des tragédies et des couples maudits, l’union des a(i)mants ne peut s’accomplir que dans la mort… Une « non-mort » dans le cas des vampires.
Malgré l’héritage littéraire assez lourd de la littérature vampirique, ce roman dénote car il introduit l’humour dans l’obscur. Ainsi, les extraits du Guide pratique des relations, de la santé et des sentiments à l’intention des jeunes vampires (offert par Lucius à Jessica) ne manquent pas décrocher un sourire au lecteur! De même, Jessica n’est-elle pas un comble à elle toute seule? Une petite vampire élevée en milieu végétarien?
Pour finir, ce roman plutôt surprenant se révèle accrocheur et entraîne facilement le lecteur grâce à un style bien écrit quoique léger et parfois répétitif…

Petite remarque personnelle: le vampire ne deviendrait-il pas l’idéal de l’Amoureux? Sa figure revient en « force » et offre l’image d’un monstre humanisé, certes mort et dangereux, mais aussi protecteur, loyal, fidèle par delà la mort, courtois, etc. Sans oublier que cet amant est jeune, beau et fort! J’ai l’impression d’assister à un retour au Grand Romantisme noir…
Trève de la parenthèse.


L’avis d’Estelle (14 ans)
Le livre m’a beaucoup plu. J’aime bien le fait que le fantastique soit intégré au cadre du lycée. Par contre, les dialogues ne sont pas souvent adaptés au langage adolescent.
Le suspense est très bien tenu. On s’attache beaucoup au personnage principal et on arrive bien à cerner ses émotions.
Note: 4/5

L’avis de Yasmine (14 ans)
Comment faire une critique sur ce livre? Il est vraiment « facile » à lire. Au premier abord, il paraît inintéressant et a un goût de « déjà vu », il est trop prévisible: nous pouvons aisément sauter neuf chapitres (ce qui n’est pas énorme compte tenu de leur petite taille, 3 ou 4 pages) et parfaitement comprendre la suite. Malgré ça, il est aussi émouvant et on est très surpris!
Note: 3/5

L’avis de Maïlys (15 ans)
J’ai aimé, adoré, ce livre car il est envoûtant, émouvant et aussi poétique… L’histoire m’a paru à la fois intéressante et originale. J’ai particulièrement préféré deux personnages, les principaux: Jessica et Lucius. J’ai plus ou moins eu un petit faible pour Lucius car c’est un personnage complexe, romantique, séduisant, dangereux, envoûtant.
L’histoire est facile à comprendre, je suis vite entrée dedans. Dans certains passages, il y a quelques mots difficiles mais ça reste compréhensible.
Ce livre m’a aussi appris des choses que je ne savais pas. Il se distingue enfin des autres ouvrages, comme Le Baiser du vampire de Melissa de la Cruz.

Publicités

42 réflexions au sujet de « Comment se débarrasser d'un vampire amoureux – mode d'emploi de Beth Fantaskey »

    1. Disons que c’est une pierre à l’édifice (pour peu que j’arrive à le construire)… Ce n’est qu’un début et j’espère aller plus loin… Merci à toi!

  1. Je crois que ce qu’il plait tant dans le vampire, c’est que c’est un amoureux immortel. Quand il dit « je t’aime pour toujours », ben c’est vraiment pour l’éternité et dans un monde qui bouge tout le temps, je crois que ça rassure :).

    Ce livre-ci me tente pas mal. C’est un tome unique ?

    1. J’ai bien l’impression qu’aucune suite n’est prévue. A dire vrai, l’histoire semble « achevée »… mais à la fin du livre, j’avais bien envie de continuer! Qui sait? Les auteurs trouvent souvent un moyen de prolonger le plaisir…

  2. J’aime beaucoup la littérature jeunesse mais je n’arrive pas à me mettre aux histoires de vampires. Non, ils n’ont toujours pas réussi à me mordre ! 😉

  3. j’avais adoré!!! et je continue à bien le vendre aux petites clientes amatrices de vampires!!! je le défends bec et ongles! qu’est-ce que j’ai ri et je me rappelle encore de cette lecture sympathique

    1. Oui, je me souviens de ton billet! Il était plutôt enthousiaste. En ce qui me concerne, je n’ai commencé à bien accrocher qu’à la moitié du roman… mais c’est déjà bien! 😉

  4. Pour la lecture jeunesse, j’aime bien aussi la maison d’édition: Rue du Monde.
    J’aime leur démarche. en tout cas,super bien ta démarche à 200% Cet été, j’ai un projet lecture auprès des enfants pour aborder l’environnement
    Bisous
    Claudia

  5. Il est noté depuis un moment, ce livre! Bon, malgré l’esprit de déjà vu qui peut s’en dégager, il semble que ce type de littérature me plaise!

  6. Snif ! J’ai un petit pincement au coeur en apprenant ton avis mais je dois avouer que tu n’as pas totalement tord. Je dois encore avoir un brin d’âme d’enfant pour ne pas avoir remarqué les quelques petits détails que tu as énoncé. En tout cas, article très constructif pour moi. Merci à toi !

    1. Faut pas! Même si j’ai mis un peu de temps à entrer dans cette lecture, j’ai finalement bien accroché et je suis allée au bout avec presque un petit regret (pas de second tome!).
      Merci à toi!

  7. Je trouves ce livre vachement ennuyeux, trop romantique et trop classique… la mode du vampire amoureux est vraiment énervant à la longue.

    1. Disons qu’on observe des constantes dans ce genre de bouquins et qu’à force, ça devient lassant… Néanmoins, ce roman adopte un ton différent, plus dans l’humour et la parodie…

  8. j’aime pas trop les livres sur les vampires mais celui là ma passionée je dois bien dire qu’il est super dommage qu’il y at pas de 2° tome

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s