Phrase du jour

A propos des femmes… – Partie 5

Après les temps lointains de l’Antiquité, après les temps pas si obscurs du Moyen Age, vient la Renaissance. Cette période doit son nom à la volonté d’un renouveau: il faut sortir d’une longue période sombre, de guerres, d’épidémies… Avec la Renaissance débutent les grandes expéditions, les grandes découvertes techniques, les échanges et un foisonnement culturel important… Mais cela ne suffit pas à faire évoluer la place de la femme, place qui, au contraire,  continue sa régression. La femme est toujours considérée comme figure du Mal, celle par qui tous les maux arrivent. Après tout, c’est elle qui a tenté Adam et lui a fait croquer cette fichue pomme! Et si elle existe, c’est grâce à la côte de l’Homme! Alors elle n’a pas à se plaindre de sa condition… Elle n’a que ce qu’elle mérite!
La femme reste donc sous l’autorité du père et les mariages sont toujours des arrangements, affaires de Dot, argent et terres…
Peut-on noter une évolution? Sous François Ier, le viol devient un délit et peut conduire au bannissement. Reste à prouver le viol car l’homme prétend le plus souvent que sa victime est consentante… Tiens, voilà un stupide aveuglement que l’on entend encore trop souvent aujourd’hui…
Cela dit, à la Cour, les femmes peuvent avoir accès aux Belles Lettres et, ainsi, s’instruire. Merci à Marguerite de Navarre…

Au XVIe siècle, deux regards, très divergents, sur l’Amour coexistent: l’Amour avec un grand A, on aime les Femmes, on les courtise, on aime l’Amour… Cependant, on raille aussi l’amour, ou plutôt le mariage, et on s’amuse du cocuage…
Les poèmes de Ronsard, tels ses
Odes à Cassandre, vous rappelleront certainement cette vision de la femme aimée, jeune et belle, comme une rose, à qui Ronsard dit de « cueillir sa jeunesse ».

Matisse, Portrait de Rabelais, Nice,

Concernant la dérision, qui pourrait être plus corrosif, et pourtant si sage, que Rabelais?

Petit florilège qui ne se restreint pas à la femme.

Il n’y a qu’une antistrophe entre femme folle à la messe et femme molle à la fesse.
Vie inestimable du grand Gargantua

N’est pas cocu qui veut. Si tu l’es, ta femme sera belle, tu seras bien traité d’elle, tu auras beaucoup d’amis, ton bien s’accroîtra.
Pantagruel

C’est grande pitié quand beauté manque à cul de bonne volonté.

Le vin est ce qu’il y a de plus civilisé au monde.

Le jus de la vigne clarifie l’esprit et l’entendement.

L’appétit vient en mangeant ; la soif s’en va en buvant.

Celui-là qui veut péter plus haut qu’il n’a le cul doit d’abord se faire un trou dans le dos.

Par le monde, il y a beaucoup plus de couillons que d’hommes.

Chacun abonde en son sens.

Ce monde ne fait que rêver, il approche de sa fin.


« Le jeudi, c’est citation! » est initié par Chiffonnette.

A propos des femmes:
Maupassant
la Bible
l’Antiquité
le Moyen Age, 1
le Moyen Age, 2

Publicités

12 réflexions au sujet de « A propos des femmes… – Partie 5 »

      1. Je me suis fait une bonne partie du blog cet après midi, vraiment bien écrit (enfin je n’en attendais pas moins de toi 😉 et intéressant !
        Hop, direct dans les favoris, j’y passerai plus souvent.

      2. Merci mon cousin! Ce te donnera peut-être quelques envies lectures…
        Merci aussi pour tes conseils Mangas, j’essaierai de les trouver!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s