Littérature

Lost… – Chronique d’une malédiction

Deux ans auparavant, L’Ancre des rêves a suscité de nombreux éloges, à juste titre. Comment ne pas être touché par les destins contrariés d’une fratrie?
Dans Chronique d’une malédiction, Pascal Roy use des mêmes thèmes et d’un décor semblable: la Bretagne et ses marins perdus. Une lecture prometteuse!

Chronique d’une malédiction  
Pascal Roy

Ed. L’Harmattan, Coll. Ecritures (2010)

L’histoire, en quelques mots   
Fatalité ou malédiction, qu’importe le nom. Dans la famille Le Mut, les hommes n’achèvent pas leur cinquante-deuxième année. Aussi, à l’approche du fatidique anniversaire, Edmond fait défiler sa vie: que reste-t-il du passé? La vie d’Edmond est jalonnée de rencontres, fortuites, malheureuses ou sensuelles, d’escales et de ports. Un passé mouvementé qui le conduit au présent, introspection nécessaire pour comprendre qui il est.

Trois bonnes raisons de lire Chronique d’une malédiction:
♥ Si le personnage d’Edmond est parfois distant, voire un peu froid, l’Ukrainien en revanche touche la corde sensible : son histoire aurait mérité davantage de place.
Le voyage, que ce soit celui en mer ou celui au fond des âmes, embarque le lecteur, qui se laisse surprendre par l’atmosphère si particulière, mystérieuse et poétique de la Bretagne. Atmosphère qui reflète parfaitement l’âme du marin, Edmond.
♥ Au voyage humain s’ajoute une dimension psychologique : derrière la fiction se cache l’analyse. L’introspection d’Edmond et sa rencontre avec l’Ukrainien illustrent finalement la psychogénéalogie (tout comme L’Ancre des rêves) et proposent une autre façon de vivre : doit-on céder au poids des secrets de famille, se laisser mourir ? Ou, au contraire, ne vaut-il pas mieux bannir ces croyances et vivre pour soi ? Sans donner de leçon, les personnages du roman invitent le lecteur à s’interroger à son tour.

Malgré ces bonnes raisons, deux « bémols » méritent également leur place :
– L’écriture, très contemporaine, peut déstabiliser certains lecteurs : l’auteur se joue de la syntaxe et calque la forme sur le fond. Autrement dit, l’écriture suit librement les pensées, les états d’âme des personnages, sans perdre en lisibilité.
– Ce roman retrace une vie (Edmond), en superpose une autre (l’Ukrainien) et ouvre de nombreuses portes et fenêtres au travers des rencontres, des interrogations et des choix des personnages… Tant et si bien que le roman aborde de nombreuses (et intéressantes !) pistes sans finalement les explorer (exploiter !) jusqu’au bout. Le lecteur reste un peu sur sa faim…

Au final, c’est un premier roman et c’est un premier roman encourageant. Un auteur à suivre.

Publicités

6 réflexions au sujet de « Lost… – Chronique d’une malédiction »

    1. Il est clair que le style pourrait gêner le plaisir de certains… A voir!
      J’imagine aussi que tu as déjà bien des lectures sur ta PAL… 😉

    1. Je ne pouvais pas ne pas lire ton bouquin! Et j’espère qu’il y en aura d’autres…
      As-tu lu « L’Ancre des rêves »? Qu’en as-tu pensé?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s