Brouillons

Moi après mois – Janvier 2016

Depuis quelques mois (ou années maintenant), Moka égraine quelques fragments de ses jours et de ses nuits… Elle les livre dans une chronique aussi jolie qu’émouvante, aussi révoltée que drôle. Tous les mois… à force, sa chronique a fait des petits et deci delà, on attrape des miettes de vie. J’aime lire ces mots et à présent, j’aime aussi les écrire. Quelques notes douces ou amères pour se souvenir, apprécier ou rayer le passé. (Pour lire les « moi après mois » de Moka et d’autres, suivez le lien.)

Froide est la nuit. / Ses jambes et ses bras en berne. / Épilepsie des cœurs. / Des pleurs dans la nuit, des petits cœurs pétris d’Angoisse. / Le semeur de terreurs sur son brancard, ses yeux en questions. / Putain, 2016, ça commence bien si mal… Les bonnes résolutions, on repassera. / Le plus dur, c’est de ne pas savoir, c’est cette attente d’heure en heure, de jour en jour… / L’insupportable attente. / Passer de la vie explosive à la léthargie muette. / Et le jour se lève encore sur ce terrible inconnu… / « Oh purée! En plus, il ronfle!!! » / Dormir (ou ne pas dormir) au rythme des alarmes et des larmes, des lumières et des portes qui grincent, et des ronflements du voisin…! / Son éclat de rire qui fait chavirer mon cœur… Ris, ris encore, ça fait tellement de bien! / Ma puce au téléphone, si loin… Te serrer dans mes bras, sentir tes boucles… / Le retour. A la maison. Enfin. … Mais si…? Tu crois que …? Non. / Le retour aux habitudes, évidemment. Pourquoi ça aurait changé? / « Un jour viendra, je partirai, je partirai sans aucun regret – Vivre sur terre, loin de la mer – Partir là-bas. » Ariel, si tu savais. Nostalgie quand tu nous tiens. / La vie. / « Un bonhoooooooomme de neige. » Elsa, vas-tu te taire?! / Dans le corridor des doutes et des peurs. / « Je vais pas changer maintenant, je suis un vieux motherfucker. » Merci Arno. / « Si c’était moi, ça ferait longtemps que je lui aurais mis un bon coup de pied au cul! » Ah, tu crois? / « Moi, pifime ». En fait, ça veut dire « petite fille ». / Des signaux qui sont lancés… Ah non, plutôt des girophares dans la nuit. / Alvin et les Chipmunks, ou comment transformer un repas en jeu des statues. / Rire et danser, c’est salvateur. / Ouvre tes yeux! / Et sinon c’est quand qu’on rigole? / La neige qui recouvre tout, même les peurs. / Ô temps, suspends ton vol ! et vous, heures propices, Suspendez votre cours ! / Parenthèse enfantine, parenthèse enchantée. / « Et si je vous disais que même au milieu d’une foule – Chacun, par sa solitude, a le coeur qui s’écroule – Que même inondé par les regards de ceux qui nous aiment – On ne récolte pas toujours les rêves que l’on sème. » / « Ah la vache! » Non, la chèvre. / Je t’assure que j’ai fait des progrès! Ca faisait au moins un mois que j’avais rien dépensé… Enfin, presque. C’est juste une petite rechute. / Se dire que demain est un autre jour…

Aussi morose que ce mois de janvier, pour vos oreilles, la magnifique chanson « Tel un seul homme » que seul Pierre Lapointe sait écrire et chanter.
Publicités

Une réflexion au sujet de « Moi après mois – Janvier 2016 »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s