L’art de l’essentiel – Challenge lecture

L’art de l’essentiel – Challenge lecture

La chambre de mon Loulou, à ses 2 ans et demi, au réveil de ce qui aurait dû être la sieste... "Han! Le bazar!!! - mais non, c'est pas du bazar, c'est un chantier!" Tout est question de nuances...
La chambre de mon Loulou, à ses 2 ans et demi, au réveil de ce qui aurait dû être la sieste…
« Han! Le bazar!!!
– mais non, c’est pas du bazar, c’est un chantier! »
50 nuances de Bazar.

Qui n’a jamais pesté contre un bureau bordélique?
Qui n’a jamais éructé un « mais c’est Beyrouth ici »?
Qui n’a jamais eu envie de tout balancer? tout passer à la benne?

Bref, parfois, on se sent submergé, envahi. Parfois, on s’accommode parfaitement de son bazar.
Lors d’une émission sur Radio France, j’avais entendu un « psy » émettre l’hypothèse selon laquelle lorsque l’on est bien dans sa tête, on ne voit pas le bazar autour de soi. A l’inverse, lorsqu’on est confus ou qu’on a perdu sa sérénité, le bazar extérieur nous insupporte et on ressent alors le besoin de ranger, comme si cela pouvait nous aider à apaiser notre esprit.
Et je l’ai effectivement constaté… Et vous?

Dans tous les cas, sans qu’il y ait nécessairement « bazar » (le bazar reste une notion à définir: le bazar des uns n’est pas celui des autres… preuve ci-contre en image…), il convient de s’interroger sur nos possessions. On ne va refaire l’histoire, on convient tous que nous vivons une époque consommatrice, qu’on nous crée de plus en plus de besoins, etc. Aussi, le challenge lecture de ce mois permet-il d’ouvrir nos placards et de faire le tri…

art de essentiel L’art de l’essentiel
Dominique Loreau
Ed. J’ai lu, Coll. Bien-être
251 pages

Ce petit livre se divise en trois grandes parties. Dans la première, l’auteur explique en quoi se désencombrer est essentiel. Des murs « vides » (et non pas surchargés de bibelots poussiéreux rapportés de Bagnère-de-Bigorre ou hérités de Mémé) et des placards qui ne débordent pas apaisent l’esprit. Ce dernier n’étant pas « agressé » d’images ou autres attirails peut lâcher prise… et de là, laisse la sérénité ou le bonheur s’installer. (C’est une version « raccourci » de la première partie, je vous invite à la lire pour plus d’explications!)

La seconde partie prépare le lecteur au désencombrement. C’est pas le tout de dire que le « vide » c’est bien, encore faut-il être prêt. On a souvent la fâcheuse tendance à « garder » des choses: parce que ça servira bien un jour, ou parce que c’est un beau souvenir… L’idée n’est pas de se dépouiller de tout. Non, l’idée c’est de faire un tri: qu’est-ce que je veux garder? est-ce que j’en ai vraiment besoin? Par exemple, est-il besoin de garder les vieilles cartes postales écrites par les copines de CM1 dont on a totalement perdu la trace (et même le nom)? Est-il nécessaire de garder le ticket de concert de Muse de 2002? Pas bien… L’air de rien, les cartons pleins de lettres ou cartes postales encombrent vite un grenier… En bref, cette partie vous interroge: vous, que voulez-vous garder?

Avec la troisième partie, on passe à l’action. Pièce par pièce, objet par objet: de la déco au grenier, en passant par la paperasse (quels papiers conserver? et combien de temps?)… et ça fait vraiment du bien! On se rend compte qu’on accumule des choses sans même le réaliser… ou qu’on a des objets qui ne servent plus à rien… C’est vite le cas dans la cuisine! Mais à l’inverse de l’auteur, je préfère encore rester un peu encombrée dans ma cuisine. Par exemple, pour lui, il n’est pas utile d’avoir un robot électrique ou un batteur électrique… parce qu’avant, les femmes faisaient sans! Hum… oui, d’accord… mais ça n’existait pas et si les grands-mères de l’époque avaient pu en avoir un, elles auraient été sans doute bien contentes! Et puis, bon, à l’époque, on faisait tout, ok, mais les femmes ne cumulaient pas travail + maison… Alors, personnellement, je dis « vive les assistants culinaires électriques »! Et pourquoi se référer aux femmes spécialement quand il est question de cuisine? ne serait-ce pas un brin sexiste?
Pour la garde-robe, le tri régulier s’impose, c’est clair. Quand vous avez des doutes (je garde? je jette? mais si je regrette?), l’auteur propose des pistes: vous pouvez mettre de côté (pendant 6 mois par exemple) ce que vous pensez jeter, et en cas de regret, hop, vous ressortez vos affaires!
Inutile de tout jeter, il y a peut-être des vêtements ou objets que vous pouvez revendre? Les sites type Leboncoin, Vinted ou Videdressing ne sont plus à présenter, et il y a en a bien d’autres encore… Les vide-greniers aussi!
Vous pouvez aussi donner! Que ce soit dans les bennes textile ou à Emmaüs par exemple…

Au final, ce livre est plutôt bien fait et nous invite au grand nettoyage (nécessaire, 2 fois par an dans mon cas) de la maison. Si vous ne vous êtes encore jamais posé la question du tri et de son intérêt, ce livre est pour vous. En revanche, si vous vous êtes déjà renseigné là-dessus, alors passez votre chemin. Ce serait une impression de « déjà-lu » ou « déjà-entendu ».

Voici son sommaire:

Sommaire de "L'art de l'essentiel", D. Loreau
Sommaire de « L’art de l’essentiel », D. Loreau
Sommaire de "L'art de l'essentiel", D. Loreau
Sommaire de « L’art de l’essentiel », D. Loreau

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je laisse le mot de la fin au Chat de Geluck:

Le Chat, de Geluck
Le Chat, de Geluck
Défis verts – Challenge Petits pas 2016

Défis verts – Challenge Petits pas 2016

 

Moins de machines, plus de contacts humains…

Moins de supermarchés, plus de super-locaux…

Vers le désencombrement, le minimalisme,

Vers la sobriété heureuse,

Vers le retour à la terre.

Des mots qu’on entend de plus en plus souvent, des tendances diraient certains, c’est sûr, certes, mais c’est aussi une vraie prise de conscience. Une nécessité, tout du moins si on se préoccupe de notre monde, autrement dit de notre terre, de là d’où on vient… N’oublions pas que tout ce qui s’est assemblé se désagrégera. La Terre n’a pas besoin de nous, mais nous, si. D’où l’intérêt de la préserver… Et chacun peut faire sa part (inutile d’attendre que ça vienne d’en-haut). Aussi, Clémentine (encore elle) propose un défi vert par mois pour s’y mettre en douceur ou avec constance, ou pour se motiver, dont voici le programme:

  • Janvier : Manger local et de saison – Hiver
  • Février : Minimalisme et zéro déchet – La salle de bain
  • Mars : Se gorger d’ondes positives
  • Avril : Manger local et de saison – Printemps
  • Mai : Minimalisme et zéro déchet – La cuisine
  • Juin : Cuisine végétale minimaliste avec Natasha du blog Echos Verts
  • Juillet : Manger local et de saison – Été
  • Août : Minimalisme et zéro déchet – La garde robe
  • Septembre : Se soigner au naturel avec l’herboristerie avec Natasha du blog Echos Verts
  • Octobre : Manger local et de saison – Automne
  • Novembre : Minimalisme et zéro déchet – Les enfants
  • Décembre : Calendrier de l’avent surprise

Je vous parlerai donc de ces défis chaque mois ici! Certains sont déjà adoptés depuis longtemps, comme le « manger local et de saison », d’autres seront sans doute plus difficiles à relever (un mois de « cuisine végétale » à l’heure du barbecue!!!)…

Lectures vertes

Lectures vertes

Quoi de mieux que rejoindre un groupe de lectures pour stimuler sa curiosité et retrouver un rythme de lecture constant?

Je remercie donc Clémentine la Mandarine qui propose un joli programme de lectures, à la fois vertes et bienveillantes,  pour accompagner 2016:

  • Janvier : Il n’y a pas de parents parfaits, Isabelle Filliozat
  • Février L’art de l’essentiel, Dominique Loreau
  • Mars Sobres et heureux, Hors Série Kaizen
  • Avril Et je ne suis jamais allé à l’école, André Stern
  • Mai Cessez d’être gentil, soyez vrai, Thomas d’Asembourg
  • Juin La nature nous sauvera, François Couplan
  • Juillet Les langages de l’amour, Gary Chapman
  • Août Si je m’écoutais, je m’entendrais, Jacques Salomé
  • Septembre : Moins gaspiller, c’est pas sorcier, Stéphanie Araud-Laporte
  • Octobre Comment apprendre l’autodiscipline aux enfants, Thomas Gordon
  • Novembre Méditer jour après jour, Christophe André
  • Décembre : 365 idées vertes, Philippe Bourseiller et Gaëlle Bouttier-Guérive

Vous retrouverez ici mes avis, mes questions, mes impressions sur ces livres, mais également sur le blog de Clémentine ou sur le groupe Facebook.

24bf7d9c-db48-48fb-948f-8635e8424221.jpg
Dessin de Clémentine la Mandarine
Un zeste d’amour… et du bonheur dans la radio des blogueurs!

Un zeste d’amour… et du bonheur dans la radio des blogueurs!

Voilà longtemps que je n’ai pas participé à la Citation du Jeudi… Il est temps de retrouver les bonnes habitudes!
Pour ce « retour », je n’ai rien trouvé de mieux que ces quelques paroles d’Hubert Félix Thiéfaine. Elles sont tirées de « Fièvre résurrectionnelle« , l’une des chansons de son dernier album Suppléments de mensonge.  Inutile d’ajouter que je vous recommande l’écoute de cet album…

Gustav KLIMT : "La Maternité" (Détail de "Les trois âges de la femme", 1905)
Gustav KLIMT : "La Maternité" (Détail de : "Les trois âges de la femme", 1905)

Cet extrait correspond tout à fait à mon « état » actuel…

« Je t’aime et je t’attends
A l’ombre de mes rêves
Je t’aime et je t’attends
Et le soleil se lève »

« Le jeudi, c’est citation! » est initié par Chiffonnette.

***

Puisqu’on est dans un billet musical, j’en profite pour évoquer ma participation à la radio des blogueurs, dont Leiloona est à l’origine. Pour cette nouvelle playlist, Leiloona nous demande de choisir une chanson « qui a le pouvoir, dès le réveil, de nous faire sourire », qui fait que « la journée commence bien ».
Ce n’est pas le choix qui manque! Spontanément, je citerais entre autres quelques titres comme « Let the sun shine in« , « It’s raining men« , ou dans des registres différents: « La banane« , « Baby one more time » (oui, j’assume), « I gotta feeling« .

Celle que je retiens pour cette session de l’été, ce sera « J’veux du soleil » d’Au P’tit Bonheur.

Session du mois d'août – Défi "J'aime les Classiques"

Session du mois d'août – Défi "J'aime les Classiques"

C’est la rentrée!
Avez-vous pensé à un bon classique pour faire passer le temps plus vite dans le métro ou le RER?
Ou pour la pause du midi? Que diriez-vous de rejoindre les banquets de Flaubert ou de vous joindre à une partie d’échecs avec Zweig?
Et oui, c’est possible! Jetez donc à un œil à la liste ci-dessous.


– Autriche

Stefan ZWEIG, Le Joueur d’échecs Bookine, Iluze
Stefan ZWEIG, Le Monde d’hier Bénédicte
Stefan ZWEIG, Un Soupçon légitime **Fleur**
Stefan ZWEIG, Le Voyage dans le passé Fran6h

– Espagne

Federico GARCIA LORCA, Mariana Pineda Miss Babooshka

– France

Honoré de BALZAC, La Femme de trente ans Miss Babooshka
Albert CAMUS, Caligula Bénédicte
Albert CAMUS, Le Malentendu Bénédicte
Romain GARY, La Promesse de l’aube Awa
Madame de GENLIS, La Femme auteur Cynthia
Victor HUGO, Mangeront-ils? Miss Babooshka
Prosper Mérimée, Colomba suivi de Carmen Romanza
Françoise SAGAN, Bonjour Tristesse Choco
Françoise SAGAN, Un Certain Sourire Choco
George SAND, François le Champi Val
George SAND, Mattea Kathel
Boris VIAN, L’Ecume des jours Irrégulière
Boris VIAN, Les Morts ont tous la même peau Ambroisie
Honoré d’URFE, L’Astrée Estellecalim
Emile ZOLA, Une Page d’amour Yohan

-Royaume Uni

Richard D. BLACKMORE, Lorna Doone Keisha
George ORWELL, La Ferme des animaux Zorane
Rafael SABATINI (un peu italien aussi), Le Faucon des mers Folfaerie
William SHAKESPEARE, Roméo & Juliette **Fleur**
W. WILKIE COLLINS, Sans Nom Marie
Virginia WOOLF, OrlandoDeL

– Russie

Nicolas GOGOL, Le Journal d’un fou suivi de Le portrait et de La perspective NevskySentinelle
Anton TCHEKHOV, Front blanc Iluze

– Hors frontière et en anglais

(petite exception)

Lucy Maud MONTGOMERY, Anne of Green Gables – Majanissa (Tome 1, Tome 2, Tome 3)