Bohémiens en voyage

Bohémiens en voyage

Il n’est pas encore trop tard pour le dimanche poétique…
On reste en Tziganie avec quelques vers de Charles Cros.

# 19 – Dimanche poétique

Tsigane

Dans la course effarée et sans but de ma vie
Dédaigneux des chemins déjà frayés, trop longs,
J’ai franchi d’âpres monts, d’insidieux vallons.
Ma trace avant longtemps n’y sera pas suivie.

Sur le haut des sommets que nul prudent n’envie,
Les fins clochers, les lacs, frais miroirs, les champs blonds
Me parlent des pays trop tôt quittés. Allons,
Vite ! vite ! en avant. L’inconnu m’y convie.

Devant moi, le brouillard recouvre les bois noirs.
La musique entendue en de limpides soirs
Résonne dans ma tête au rhythme de l’allure.

Le matin, je m’éveille aux grelots du départ,
En route ! Un vent nouveau baigne ma chevelure,
Et je vais, fier de n’être attendu nulle part.

Charles Cros, 1842-1888

Photographie du film "Liberté" de Tony Gatlif

Poursuivez votre voyage poétique en rendant visite à: Celsmoon. Edelwe, Mango, Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, Laurence … Ankya, Herisson08 ,Anjelica , Schneeweiss , George, Uhbnji, **Fleur**… Sur le blog de Celsmoon, vous trouverez la liste complète des « voyages poétiques »…

Guillevic apporte les lumières de l'Amour

Guillevic apporte les lumières de l'Amour

Le dimanche, c’est poésie!
Ce dimanche, c’est la Saint Valentin!
Difficile d’échapper aux poèmes d’Amouuuuur…
Cela dit, plutôt que de choisir une déclaration en vers, ou un énième blason sur la femme aimée, j’ai préféré un poème sur l’Amour… Un
poème que je qualifierai de « positif » (parce que, bon, en poésie, l’Amour fait souvent souffrir!)…

Illustration: Détail de la magnifique sculpture d’Antonio Canova, Psyché ranimée par le baiser de l’Amour. (Source ici)

# 18 – Dimanche poétique

Lumières

à Jeanine et Francis Crémieux

« Ce n’est pas vrai
Que tout amour décline,

Ce n’est pas vrai
Qu’il nous donne au malheur,

Ce n’est pas vrai
Qu’il nous mène au regret,

Quand nous voyons à deux
La rue vers l’avenir.

Ce n’est pas vrai
Que tout amour dérive,

Quand les forces qui montent
Ont besoin de nos forces.

Ce n’est pas vrai
Que tout amour pourrit,
psyche_canova.jpg

Quand nous mettons à deux
Notre force à l’attaque.

Ce n’est pas vrai
Que tout amour s’effrite,

Quand le plus grand combat
Va donner la victoire.

Ce n’est pas vrai du tout,
Ce qu’on dit de l’amour,

Quand la même colère
A pris les deux qui s’aiment,

Quand ils font de leurs jours
Avec les jours de tous
Un amour et sa joie. »

Guillevic, « Élégie » (extrait), in Sphère, Gallimard Poésie, 1963


Poursuivez votre voyage poétique en rendant visite à: Celsmoon. Edelwe, Mango, Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, Laurence … Ankya, Herisson08 ,Anjelica , Schneeweiss , George, Uhbnji, **Fleur**… Sur le blog de Celsmoon, vous trouverez la liste complète des « voyages poétiques »…
Nelligan a brisé son violon

Nelligan a brisé son violon

On poursuit le « cycle Nelligan »…
Illustration: Man Ray, Le Violon d’Ingres (1924).

# 17 – Dimanche poétique

man-ray-le-violon-dingres-1924.jpgLe violon brisé

Aux soupirs de l’archet béni,
Il s’est brisé, plein de tristesse,
Le soir que vous jouiez, comtesse,
Un thème de Paganini.

Comme tout choit avec prestesse !
J’avais un amour infini,
Ce soir que vous jouiez, comtesse,
Un thème de Paganini.

L’instrument dort sous l’étroitesse
De son étui de bois verni,
Depuis le soir où, blonde hôtesse,
Vous jouâtes Paganini.

Mon coeur repose avec tristesse
Au trou de notre amour fini.
Il s’est brisé le soir, comtesse,
Que vous jouiez Paganini.


Emile Nelligan, Poésies, (1896-1899)


Poursuivez votre voyage poétique en rendant visite à: Celsmoon. Edelwe, Mango, Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, Laurence … Ankya, Herisson08 ,Anjelica , Schneeweiss , George, Uhbnji, **Fleur**… Sur le blog de Celsmoon, vous trouverez la liste complète des « voyages poétiques »…
Un soir d'hiver avec Nelligan

Un soir d'hiver avec Nelligan

Je continue ma découverte de l’oeuvre de Nelligan et je pense profiter de ces dimanches poétiques pour faire un « cycle Nelligan ». Plus je lis ces poèmes et plus je les trouve sombres:
ceux-ci sont habités par la souffrance, la folie, la Mort, les messes funèbres, la Passion…

La photo est d’Antoine Berger, jeune photographe plus que talentueux. Je vous invite à visiter son site, Alpesphoto, un
véritable enchantement pour qui aime les Alpes
. Je n’ai pas pris le temps de lui demander la permission d’utiliser sa photo… J’espère qu’il ne m’en voudra pas, mais je n’ai pas trouvé
meilleure illustration que cette photo pour ce poème…

# 16 – Dimanche poétique

Alpesphoto-2010-01-09-Hiver13.jpgSoir
d’hiver

Ah ! comme la neige a neigé !
Ma vitre est un jardin de givre.

Ah ! comme la neige a neigé !

Qu’est-ce que le spasme de vivre

A la douleur que j’ai, que j’ai !

 

 

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire : Où vis-je ? où vais-je ?
Tous ses espoirs gisent gelés;
Je suis la nouvelle Norvège
D’où les blonds ciels s’en sont allés.

 

Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez, oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.


Ah ! comme la neige a neigé !


Ma vitre est un jardin de givre.
Ah ! comme la neige a neigé !
Qu’est-ce que le spasme de vivre
A tout l’ennui que j’ai, que j’ai !…

Emile Nelligan, Poésies, Le Jardin de l’enfance (1896-1899)


Poursuivez votre voyage poétique en rendant visite à: Celsmoon. Edelwe, Mango, Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, LaurenceAnkya, Herisson08 ,Anjelica , Schneeweiss , George, Uhbnji, **Fleur**… Sur le blog de Celsmoon, vous trouverez la liste complète des « voyages
poétiques »…

Nelligan s'invite devant le feu

Nelligan s'invite devant le feu

A Noël, ma petite soeur québecoise d’adoption m’a offert un recueil de poésie signé de l‘un des plus grands noms de la Poésie canadienne: Emile Nelligan. Interné à vingt ans à peine, il
semble avoir « expérimenté » la poésie, exploré les confins de la folie et de la mélancolie… à travers l’amour, l’enfance et bien d’autres thèmes…
Je découvre son oeuvre avec intérêt et plaisir tant le reflet de l’âme humaine y est juste.

# 15 – Dimanche poétique
nelligan.gif

Devant le feu

Par les hivers anciens, quand nous portions la robe,
Tout petits, frais, rosés, tapageurs et joufflus,
Avec nos grands albums, hélas! que l’on n’a plus,
Comme on croyait déjà posséder tout le globe!

Assis en rond, le soir, au coin du feu, par groupes,
Image sur image, ainsi combien joyeux
Nous feuilletions, voyant, la gloire dans les yeux,
Passer de beaux dragons qui chevauchaient en troupes!

Je fus de ces heureux d’alors, mais aujourd’hui,
Les pieds sur les chenets, le front terne d’ennui,
Moi qui me sens toujours l’amertume dans l’âme,

J’aperçois défiler, dans un album de flamme,
Ma jeunesse qui va, comme un soldat passant,
Au champ noir de la vie, arme au poing, toute en sang!

Emile Nelligan, Poésies, Le Jardin de l’enfance (1896-1899)

Poursuivez votre voyage poétique en rendant visite à: Celsmoon. Edelwe, Mango, Emmyne, Paradoxale, Chrestomanci, LaurenceAnkya, Herisson08 ,Anjelica , Schneeweiss , George, Uhbnji, **Fleur**… Sur le blog de Celsmoon, vous trouverez la liste complète des « voyages
poétiques »…