Rien ne se perd… – Activité bricolage & enfants

Rien ne se perd… – Activité bricolage & enfants

Le week-end (pardon, weekend) est là, la pluie aussi. Alors, voici une petite activité à réaliser avec les bambinos…

Dans nos placards, on a tous un pot de confiture vide, les jolis pots de grand-maman… Ou s’il est encore plein, dépêchez-vous de le finir! Une fois le pot vide et propre, on peut choisir de le remplir à nouveau (miam !), ou on peut aussi s’en servir pour de jolis petits bricolages.

Voici, par exemple, une idée empruntée à la super-nounou de mes kinder: un lumignon.

De la confiture à la lumière!
De la confiture à la lumière!

Pour cela, il suffit d’avoir à disposition :

  • un pot de confiture vide
  • une petite chaîne, environ 30 cm (on en trouve dans les magasins de bricolage, vendue à la découpe. C’est beaucoup moins cher que dans les magasins d’activités manuelles.)
  • du fil de fer (diamètre du pot de confiture x2) et une pince pour le couper
  • des carreaux de mosaïque (on en trouve dans les magasins de déco, de bricolage ou d’activités manuelles)
  • de la glue (en pistolet, c’est plus propre)
  • une bougie !

Ensuite, la réalisation est des plus simples : on colle les carreaux, on cercle le pot de confiture en haut à l’aide du fil de fer, auquel on attache la chaînette. Et voilà, le tour est joué ! Et on a un bien joli lumignon, du plus bel effet la nuit !

La preuve en image…

A vos confitures !

Manger local et de saison – Challenge Petits pas 2016

Manger local et de saison – Challenge Petits pas 2016

En début d’année, on a souvent tendance à prendre tout un tas de (bonnes) résolutions… Et le plus souvent, on ne s’y tient pas. Alors pour éviter la déconfiture, je me suis inscrite au Challenge Petits pas 2016 de Clémentine la Mandarine.

Ce mois-ci (janvier), l’objectif était de manger local et de saison. Ce n’est pas vraiment un challenge pour moi car ce sont des habitudes acquises depuis un bon bout de temps, même s’il y a encore des « écarts » de conduite. Le riz ne pousse pas dans mon jardin par exemple! Mais je m’évertue à me procurer du riz de Camargue. A défaut d’être purement local, il n’aura pas fait le tour de la planète! Ceci dit, tout n’est ni local ni de métropole dans ma cuisine, soyons honnête.

crêpes janvierVoici un exemple de repas presque entièrement local, de saison et bio: crêpes fourrées à la fondue de poireaux et d’oignons. (ça tombe bien, demain c’est la Chandeleur!)

Recette de la pâte à crêpes

1 verre de farine de blé (version sans gluten: farine de sarrasin)
2 oeufs
1 verre et demi de lait de riz
1 pincée de sel

Tout mélanger et fouetter.

Pour la fondue de poireaux/oignons: couper en tronçons 3 poireaux et 1 oignons. Faire cuire à l’étouffée jusqu’à la fondue.

Version améliorée (et protéinée) de cette crêpe: fondue de poireaux/oignons + oeuf + miettes de jambon + fromage râpé.

Un succès! Très apprécié de Loulou et Louloute!

La farine, les oeufs, les poireaux, les oignons et le jambon proviennent d’une coopérative: Les Saveurs paysannes, à Crémieu (Nord Isère), qui proposent à la vente directe les produits des agriculteurs et éleveurs locaux. On y trouve de tout: fromage, viande, légumes, fruits, sirops, légumes secs, confitures, etc. Tous les produits sont locaux, mais malheureusement, tous ne sont pas bio.

La farine est 100% locale (de Crémieu) et provient de la ferme Duclos Gonet. Cette ferme propose aussi tout un panel de pâtes (vraiment excellentes!) à base de blé dur. Leur cuisson est très rapide (3 à 5 mn) et leur goût incomparable!

Et avec des crêpes, quoi de mieux qu’une bonne petite boisson? A défaut de cidre (on est loin de la Bretagne!), une bière locale (à 100 mètres de la maison, qui dit mieux?) fera parfaitement l’affaire! Les Ursulines proposent une jolie palette de bières: blonde, blanche, dorée, ambrée, brune… et s’adaptent même au rythme des saisons: printemps, médiévales (météo locale de Crémieu), Noël… à déguster sur place ou à emporter!

Si l’envie d’y faire un tour vous prend (quelle belle idée ce serait), vous serez toujours très bien accueilli! Alors voici le chemin:

Il n’y a pas de parent parfait – Challenge Lecture

Il n’y a pas de parent parfait – Challenge Lecture

Voilà un titre accrocheur! Prenons les paris: quel parent peut se targuer d’être « parfait »? Le plus souvent, si on laisse traîner ses oreilles ou si on a connu quelques altercations et autres conflits avec ses parents, le plus souvent donc, on entendra ou s’entendra dire: « j’ai fait du mieux que j’ai pu », « bien sûr, j’ai fait des erreurs mais j’ai tellement donné pour toi », « je me suis sacrifié(e) pour toi », etc. Ces parents-là, à ce moment, ressentent probablement un sentiment d’échec. « Mais qu’est-ce que j’ai raté? ». Ils n’ont sans doute pas lu le livre d’Isabelle Filliozat: « Il n’y a pas de parent parfait »…

Il n’y a pas de parent parfait

L’histoire de nos enfants commencent par la nôtre
Isabelle Filliozat
Ed. Poche Marabout, 320 p.

Comment se présente cet ouvrage?

Ce livre se compose de 3 parties: la première évoque la relation parent/enfant dans la théorie, la seconde explore les différentes causes de débordement, enfin la troisième se concentre sur les âges de l’enfant.

Un tel livre n’implique pas seulement l’acte de la lecture, il renvoie à soi, à son histoire et à nos éventuelles « casseroles ». Il faut être prêt à s’ouvrir et à s’interroger, à remettre en question nos « principes », nos croyances et nos façons de faire et de voir. Qu’on tende ou pas vers une éducation bienveillante…

Ainsi, la première partie, « Le parent face à son enfant », nous renvoie à notre propre enfance et aux relations que l’on a eues avec nos propres parents. L’enfant que nous étions et l’éducation que l’on a reçue déterminent le parent que nous sommes. Les chapitres qui composent cette partie nous permettent de réfléchir à cela et de s’interroger sur ce qui est bon à garder ou à jeter, sur ce que nous reproduisons de notre passé (consciemment ou pas), sur les attentes que l’on peut avoir de son enfant, nos projections sur lui et les déceptions évidentes qui les accompagnent. Ils reviennent aussi sur la notion d’autorité, par exemple: a-t-on vraiment besoin de donner une fessée pour asseoir son « pouvoir »? En somme, à la fin de cette partie, on accepte et on assume d’être un parent imparfait. On déculpabilise.

La seconde partie, « Les causes de nos débordements », fait un peu écho à la première en développant tout ce qui est attentes et projections. Quel parent n’a pas rêvé de voir son enfant accomplir ses propres rêves déçus? Tiens, mon fils, tu seras médecin. Ou encore, mon fils, tu feras du judo, comme papa. Tout cela, ce livre nous explique comment en faire le deuil. Notre enfant n’est pas la version bis de nous-même. C’est un autre, avec ses rêves bien à lui, et un caractère qui (peut-être) ne nous plaît pas. A nous de faire avec. Les chapitres explorent aussi d’autres causes de débordements: comme la découverte de la maternité, le rôle du père (qui ne correspond parfois pas non plus à nos attentes), etc.

Enfin, la dernière partie, « Question d’âges », se concentre sur l’enfant en lui-même, du foetus à l’adolescence, et à son départ de la maison, mais de façon assez brève. (Pour approfondir ce chapitre, je recommande quelques lectures plus bas.) En quelques pages, Isabelle Fiolliozat explique ce qui se joue en fonction des âges: comment la relation parent/enfant se détermine (en partie) dès la grossesse (à travers les échanges que l’on va avoir ou les émotions ressenties par la mère et son bébé), comment se construit l’identité de l’enfant lors de ses premiers mois et dans le regard de ses parents…

Table des matières "Il n'y a pas de parents parfaits" -1
Table des matières « Il n’y a pas de parents parfaits » -1
Table des matières "Il n'y a pas de parents parfaits" -2
Table des matières « Il n’y a pas de parents parfaits » -2

Pourquoi lire cet ouvrage?

Dans notre société, l’éducation devient parfois un sujet tabou: chacun y va de son grain de sel (parents, beaux-parents, frères/soeurs, la maîtresse, la boulangère et jusqu’au chat du voisin!) et plusieurs tendances cohabitent ou s’affrontent: de l’éducation patriarcale, à l’enfant-roi, en passant par l’éducation bienveillante. Tous comme les parents, sans doute n’y a-t-il pas d’éducation « parfaite », tout du moins n’y a-t-il pas d’éducation sans erreur.

Toutefois, on sait très bien aujourd’hui, que certains modèles sont plus nocifs que d’autres. Cet ouvrage s’inscrit dans l’idée que l’éducation doit reposer sur la bienveillance, condition sine-qua-non à l’épanouissement de l’enfant. Pour être dans la bienveillance, c’est à nous parents de nous remettre en question… A nous de considérer l’enfant comme un être à part entière, avec ses propres envies, et pas comme un petit soldat qui devrait nous obéir au doigt et à l’oeil, ou au contraire comme un petit roi au service duquel on serait. Non non non… Simplement comme un être à part entière qui a sa place (= sa parole, ses envies, ses rêves, etc.) dans la famille. Un nouvel équilibre à trouver (quand on n’a jamais connu ça soi-même).

En bref – Trois bonnes raisons:

*Cet ouvrage permet de s’interroger sur le parent que l’on est: pourquoi j’agis ainsi? Il permet de prendre conscience de nos comportements: ceux qui sont conscients et ceux qui relèvent davantage de nos croyances ou de l’éducation reçue… A nous de faire le tri. En fin de compte, la question, c’est surtout: quel parent je veux être?

*Cet ouvrage est accessible: pas de jargon médical ou psy incompréhensible. Il est clair et la lecture en est fluide.

*Cet ouvrage prône l’éducation bienveillante! C’est une raison qui se suffit à elle-même.

Un bémol toutefois: si, comme moi, vous avez lu d’autres ouvrages d’Isabelle Filliozat ou suivi ses fréquentes interventions sur les ondes de Radio France, vous risquez d’avoir des impressions de « déjà-lu » ou « déjà entendu »« L’Intelligence du coeur » (Confiance en soi, créativité, relations, autonomie) (ou la « grammaire » des émotions) par exemple s’applique à l’enfant mais aussi à l’adulte. Il reprend donc quelques principes développés plus longuement dans « Il n’y a pas de parents parfaits » comme l’adulte piégé dans ses croyances et les schémas qu’il peut reproduire ou pas.

"J'ai tout essayé" - un exemple
« J’ai tout essayé » – un exemple

En matière de psychologie appliquée à l’éducation et aux enfants, mon favori (d’Isabelle Filliozat) est: « J’ai tout essayé! » (Opposition, pleurs et crise de rage : traverser sans dommage la période de 1 à 5 ans). Vraiment utile au quotidien avec des enfants de 1 à 5 ans, il propose de nombreux éclairages et mises en situation (les caprices, le repas, le dodo, etc.), des approches à expérimenter (toujours bienveillantes). Un must-have!

Je recommanderais aussi « Parents efficaces » de Thomas Gordon. Cet ouvrage apporte aussi des pistes vraiment intéressantes (et efficaces!) dans la communication parents/enfants. Ou encore, du même auteur, « Eduquer sans punir » qui porte sur l’auto-discipline… Bon, j’ai eu plus de mal avec cet ouvrage mais je n’en ai peut-être pas saisi toute la subtilité… Comme il est au programme du club lecture, j’aurai l’occasion de le relire. 😉

Bonnes lectures... et réflexions!
Bonnes lectures… et réflexions!

Enfin, dans la même veine, « Se faire obéir sans crier » de Unell et Wickoff (mais, pour tout dire, je n’y arrive pas encore tous les jours!).

Evidemment, on a beau lire tous ces ouvrages, ce ne sont pas des recettes magiques non plus… Et rien n’est jamais ni acquis ni facile pour autant!

Mon prochain investissement sera: « Il me cherche » d’Isabelle Filliozat, c’est en quelque sorte la suite de « J’ai tout essayé », puisqu’il concerne les enfants de 6 à 11 ans…

C’est donc ma participation du mois de janvier au club lecture de Clémentine la Mandarine.

Et si vous voulez suivre ce blog, c’est par ici: [wysija_form id= »1″]

C’est assez, dit la baleine… – Coussin de méditation

C’est assez, dit la baleine… – Coussin de méditation

En feuilletant le supplément « 88 créas à réaliser » du magazine « Mode et travaux » d’octobre 2015, j’ai trouvé de bien jolies idées de bricolages pour préparer Noël, notamment un mobile baleine. Et j’ai eu un coup de cœur pour cette baleine ! Je voulais réaliser un coussin géant pour ma Louloute, pour lire ou pour câliner, et je me suis dit que la baleine serait idéale pour ça ! Alors j’ai fouiné sur le net et j’ai trouvé d’autres tutoriels DIY pour ce « coussin baleine », notamment chez Natasha d’Echos verts ou chez Clémentine la Mandarine.

Je vous laisse suivre le tutoriel pour ce coussin de méditation qu’elles proposent ici.

Voici ma version (50×50 cm). J’ai ajouté une petite touche personnelle en imitant le jet d’eau de la baleine avec des chutes de rubans satinés.

Les tissus viennent de Ma petite mercerie : un côté pilou/doudou bleu, un côté patchwork avec des tissus en coton. Enfin, les yeux sont en feutrine.

C’est un succès ! Cette baleine a trouvé sa place parmi les doudous et peluches des Loulous ! Coussin de méditation ou… coussin de lecture, de jeux…!

D’autres petites sœurs viendront sûrement…